Torrent9

..

Les plus beaux moments coups du monde 98

Telecharger les plus beaux moments coups du monde 98

Aide


Vous devez vous inscrire afin de télécharger
Veuillez créer un compte gratuitement sur Torrent9 pour accéder aux téléchargements illimités et au streaming !

&#;Article principal&#;: Équipe de France de football.

L'histoire de l'équipe de France de football est marquée par sa double victoire de la coupe du monde, à domicile en et en Russie en , et à ce titre constitue une des plus importantes équipes du football international.

La France a le cinquième plus beau palmarès de la coupe du monde avec deux victoires et trois podiums (une fois deuxième et deux fois troisième - derrière le Brésil, l’Allemagne, l’Italie et l’Argentine, mais devant l’Uruguay, l’Angleterre et l’Espagne). Elle est la troisième nation européenne dans la hiérarchie et l'histoire de cette compétition derrière l'Allemagne et l'Italie.

Les Bleus de à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

La genèse[modifier | modifier le code]

&#;Articles détaillés&#;: Équipe de France de football en , Match de football Italie - France () et Match de football France - Angleterre ().

La création de l'équipe de France de football est liée à la fondation de la Fédération internationale de football association (FIFA) en Désormais, les matches internationaux se disputent sous l’autorité de cette fédération internationale. Pourtant avant son premier match officiel en , des matchs de sélections françaises ont lieu dès la fin du XIXe&#;siècle. La plupart des matchs se déroule sous l'égide de l'Union des sociétés françaises de sports athlétiques (USFSA). Notons ainsi les cinq matches internationaux disputés par la sélection USFSA face à la Belgique et l’Angleterre amateurs entre et avec une victoire française en contre la Belgique () et quatre défaites contre l’Angleterre amateurs. Lors du tournoi de football des Jeux olympiques d'été de , une sélection USFSA est constituée avec des joueurs du Club français. Cette sélection obtient la médaille d'argent. Notons que ces matches des sélections françaises disputés entre (sélection de Paris&#;; joueurs britanniques résidant à Paris principalement) et ne sont pas pris en compte. D’autres fédérations n’ont pas suivi cet exemple, et considèrent leurs matches internationaux datant d’avant comme d’authentiques matches internationaux.

L’équipe de France de football démarre donc son histoire officielle le par un honorable match nul en Belgique ()[1]. Les trois premiers buteurs français se nommaient Louis Mesnier, Marius Royet et Gaston Cyprès. La France dispute cette année-là, un second match non officiel face à l'Union Saint-Gilloise défaite , le . En , la France dispute son premier match à domicile face à la Suisse. La France remporte à cette occasion la première victoire de son histoire. Les années qui suivirent furent peu glorieuses avec notamment deux cinglants revers contre le Danemark subi à trois jours d’intervalle ( puis ) lors des Jeux olympiques de Londres. Exclue de la FIFA le , l'USFSA est toutefois encore chargée des sélections olympiques de l'été Malgré cette position affaiblie, elle délègue deux équipes de France A et B pour représenter la France à Londres. Le règlement autorisait cette double sélection, mais la France était la seule à utiliser cette étrange possibilité. De plus, de nombreux forfaits furent enregistrés dans les rangs des joueurs de l'USFSA, et nombre des 44 joueurs français sélectionnés arrivèrent le matin même du match sur le lieu de compétition après un long voyage en train et bateau. C'est une véritable pantalonnade et ces deux rencontres olympiques furent rétroactivement comptabilisées comme matchs officiels de l'équipe de France A (matchs no&#;11 et 12). À partir du match contre la Belgique du , c'est le Comité français interfédéral (CFI) qui procède aux sélections en tant que seule fédération reconnue par la FIFA.

En effet, en avait été fondé l’Amateur Football Association, en Angleterre, par les clubs universitaires, afin de protéger l’amateurisme des progrès du professionnalisme. L’USFSA sympathisa avec l’AFA, et fit pression pour l’UEFA acceptât son adhésion. Cependant, l’UEFA n’acceptait de reconnaître qu’une fédération par pays, et par conséquent, comme la FA était déjà membre, refusa de reconnaître l’AFA, ce qui provoqua le départ de l’USFSA. Ainsi, la France était désormais représenté par le Comité Français Interfédéral pour la Propagande des Sports, fondé le , provisoirement à partir de , puis définitivement en . Aussi, les matches entre les sélections USFSA et AFA, à Paris le (victoire anglaise ) et à Ipswich, le ne peuvent être considérés comme officielles&#;: la dernière rencontre consista en la plus lourde d’une équipe de France de football, puisque les amateurs de l’USFSA furent battus, pour ne pas dire hachés menu, par leur homologues anglais, 20 buts à zéro&#;! À cette occasion, l’attaquant Samuel Hulme, de l’université de Cambridge, scora à 11 reprises[2]. Le CFI ne parvint pas à se mettre d'accord avec l'USFSA, membre fondateur du Comité international olympique (CIO), pour présenter une équipe de France aux JO de Un accord fut cherché jusqu'au dernier moment, puis en , la France fut contrainte de déclarer forfait.

Malgré ces conflits entre les différentes fédérations qui coexistent dans l’hexagone rendant impossible la sélection des onze meilleurs joueurs du pays, quelques belles performances sont à signaler. La victoire en Italie en () notamment.

La Première Guerre mondiale interrompt les activités de l'équipe de France et provoque la mort de 17 de ses internationaux&#;: Marius Royet (Union Sportive Parisienne), Raymond Gigot (Club Français Paris), André François (Racing Club de Roubaix), André Puget (Racing Club de Paris), Albert Jenicot (Racing Club de Roubaix), René Fenouillère (Red Star Amical Club de Paris), Pol Gaston Morel (Red Star Amical Club de Paris), Francis Vial (Club Athlétique de Vitry), Charles Dujardin (Union Sportive Tourquennoise), Émile Dusart (Racing Club de Roubaix), René Camard (Association Sportive Française), Julien Denis (Racing Club de Calais), Charles Géronimi (AF Garenne Colombes Paris), Ernest Guéguen (Union Sportive Servannaise et Malouine Saint-Malo), Jean Loubière (Gallia Club de Paris), Pierre Six (Olympique Lillois) et Julien Verbrugge (Association Sportive Française). Le gardien de but Zacharie Baton (Olympique Lillois) est quant à lui mutilé après avoir perdu une jambe en [3].

La première victoire face aux Anglais () en marque les débuts réels d’une équipe de France sélectionnant désormais les meilleurs joueurs du pays à la suite de la création de la FFF en L’USFSA rejoint finalement la FFF en , et les Bleus sont bien désormais l’équipe de France et plus seulement une sélection de joueurs évoluant dans telle ou telle fédération.

En l'équipe de France connaît une année noire avec six défaites en six matchs dont un à Amsterdam face aux Pays-Bas. Afin de stopper l'hémorragie en vue des Jeux olympiques d'été de que la France organise, un entraîneur britannique, Charles Griffiths est engagé[4]. Malgré des débuts prometteurs avec une victoire face à la Belgique le , la France s'incline ensuite face à la Suisse au mois de mars. Griffiths est vivement critiqué pour sélectionner des joueurs évoluant en province[5]. Pourtant cette année-là, la finale Coupe de France de football est remportée pour la première fois par un club de la province&#;: l'Olympique de Marseille face à un autre club provincial, le FC Cette. Pour préparer le tournoi la France se mesure à l'Angleterre et au club anglais de West Ham. Après une défaite face au onze anglais, la victoire sur les hammers redonne de l'allant aux français[6]. À la suite du tirage au sort du tournoi de football des JO, la France est exemptée du tour préliminaire et entame la compétition directement en huitième de finale[7]. Le , les Tricolores battent la Lettonie largement () et se qualifie pour les quarts de finale. Ils y affrontent l'Uruguay l'un des favoris du tournoi. La France s'incline cinq but à un et est éliminée.

Les années [modifier | modifier le code]

&#;Articles détaillés&#;: Équipe de France de football à la Coupe du monde , Équipe de France de football à la Coupe du monde et Équipe de France de football à la Coupe du monde

En , la France participe à la première Coupe du monde et y fait bonne figure (d'ailleurs Lucien Laurent inscrit le tout premier but de l'histoire de la coupe du monde contre le Mexique) malgré une poule relevée avec l’Argentine (finaliste des JO de ) mais ne parvient pas à passer le premier tour: victoire contre le Mexique mais défaites contre l'Argentine et le Chili.

En , c’est l’Allemagne qui s’incline face aux Bleus, puis l’Angleterre sombre corps et biens () le face à une équipe de France survoltée. En juin , l'équipe de France effectue une tournée dans les Balkans. Elle y affronte la Yougoslavie le 5 juin (défaite ), la Bulgarie le 9 juin (victoire avec un quadruplé de Jean Sécember) et enfin la Roumanie le 12 juin (défaite ). Citons également le match gagné en Hollande () en Pour ce match de préparation en vue de la Coupe du monde , seuls trois joueurs français (Mattler, Liétaer et Alcazar) évoluent en Division 1. Les huit autres joueurs évoluent en Division 2 Nord&#;: Alexis Thépot, Jacques Mairesse, Alfred Aston au Red Star&#;; Jean Nicolas, Roger Rio à Rouen&#;; Jules Cottenier, Georges Verriest au RC Roubaix&#;; et Fritz Keller à Strasbourg. Thépot, Mairesse, Aston, Nicolas, Rio, Verriest et Keller seront même sélectionnés pour la Coupe du monde de football en Italie. Lors de cette Coupe du monde, la France est opposée lors du premier tour à l'Autriche, qui fait partie des favoris[8]. Le , la France s'incline seulement trois buts à deux après prolongation. À leur retour à Paris, le , les joueurs Français sont accueillis en héros par une foule de quatre mille personnes venues leur rendre hommage[9],[10].

Le premier joueur noir sélectionné en équipe de France de football (Raoul Diagne) fêta sa première cape dès Il évoluera 18 fois chez les Bleus avant la Seconde Guerre mondiale. Le premier joueur d'origine nord-africaine sélectionné chez les Bleus fut le MarocainLarbi Ben Barek. Larbi détient toujours le record de longévité en équipe de France de football&#;: 15 ans et 10 mois de à Raoul Diagne et Larbi Ben Barek disputent ensemble un fameux match en Italie le face aux champions du monde en titre. Outre l'attitude déplorable du public napolitain, l'équipe de France «&#;black, blanc, beur&#;» naît de fait ce soir-là. Lors de la coupe du monde en France, les Bleus font bonne figure mais se retrouvent contre l'ogre italien en quart de finale. A Colombes, devant 60 spectateurs, les Bleus sont défaits en encaissant notamment un doublé du joueur italien Piola.

La génération dorée des années [modifier | modifier le code]

&#;Articles détaillés&#;: Équipe de France de football à la coupe du monde , Équipe de France de football à la coupe du monde , Match de football Brésil - France () et Équipe de France de football au championnat d'Europe

Après la guerre, les Bleus signent quelques brillants résultats comme une victoire en Tchécoslovaquie en ou un match nul en contre l’Angleterre à Highbury. Il s’en faut de très peu que l'équipe de France des Vignal, Jonquet, Baratte et Flamion soit la première équipe du continent à battre les Anglais sur leurs terres&#;; les Hongrois réalisent cet exploit deux ans plus tard.

La génération dorée des Fontaine, Kopa, Piantoni, Vincent, Penverne, Wisnieski, Jonquet, Cisowski s'inscrit directement dans la suite de cette équipe de La France devient alors l’une des toutes meilleures équipes nationales, mais elle rate sa coupe du monde en (défaite contre la Yougoslavie et succès insuffisant contre le Mexique) à la suite d'une phase de préparation bâclée[réf.&#;nécessaire].

À la Coupe du monde disputée en Suède, l'équipe de France connaît son apogée, en atteignant la troisième place du tournoi. Just Fontaine marque 13 des 23 buts de l'équipe française, en laquelle personne ne croyait[réf.&#;nécessaire]&#;: cela commence le par une victoire (alors qu'elle était menée ) contre le Paraguay. Le , les Bleus perdent de peu contre la Yougoslavie mais obtiennent la première place du groupe 2 après une victoire contre l'Écosse. En quarts de finale, les Bleus ne font qu'une bouchée de l'Irlande du Nord En demi-finale, disputée le à Stockholm, la France affronte le Brésil de Pelé, et s'incline , handicapée par la blessure du défenseur central Jonquet. Elle termine toutefois sur le podium grâce à un succès sur la République fédérale d'Allemagne (avec notamment un quadruplé de Fontaine). La France termine meilleure attaque de la compétition.

Après la Coupe du monde la France prend part en aux huitièmes de finale de la nouvelle «&#;Coupe d'Europe des nations&#;». Elle élimine la Grèce (victoire en France, match nul en Grèce) puis se défait de l'Autriche en quart de finale (victoire en France et victoire en Autriche). La France est choisie pour organiser la phase finale qui regroupe les quatre dernières équipes encore en lice. La France est privée de plusieurs titulaires de la Coupe du monde &#;: Kopa, Piantoni, Fontaine, Remetter et Kaelbel[11]. Le , la France affronte la Yougoslavie dans un Parc des Princes dégarnis (26&#; spectateurs)[12]. La France s'incline cinq buts à quatre alors qu'elle menait quatre buts à deux à quinze minutes de la fin[12]. Le , la France dispute à Marseille la petite finale face à la Tchécoslovaquie. Dans un stade Vélodrome vide (9&#; spectateurs)[13], la France s'incline deux buts à zéro.

Après l'Euro la France bat la Finlande dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde puis concède un match nul en Pologne avant de s'incliner lourdement en Suisse (). À la suite de cette défaite deux membres du comité de sélection, Alex Thépot et Jean Gautheroux démissionnent. Le troisième membre, Georges Verriest est le seul membre du comité de sélection[14].

Les désillusions des années [modifier | modifier le code]

&#;Article détaillé&#;: Équipe de France de football à la coupe du monde

La France connaît nombre de désillusions au cours des années Elle ne parvient pas à se qualifier pour la Coupe du monde de football de Placée dans le groupe 2 des éliminatoires, elle termine à égalité de points avec la Bulgarie à la première place. Un match de barrage est disputé à Milan en Italie. La France s'incline un but à zéro sur un but contre son camp d'André Lerond.

Après avoir éliminé successivement l'Angleterre ( puis ) puis la Bulgarie (, ), l'équipe de France échoue au stade des quarts de finale de l'Euro , battue par la Hongrie (, ).

Qualifiée pour la Coupe du monde , la France tombe dans un groupe relevé et ne parvient pas à franchir le premier tour, malgré un effectif de premier plan ([Qui&#;?])&#;: match nul contre le Mexique, défaites contre l'Uruguay et contre l'Angleterre, futur champion du monde.

L'Euro s'avère également décevant&#;: la France, pourtant victorieuse de son groupe comprenant la Belgique, la Pologne et le Luxembourg, est arrêtée en quarts de finale par la Yougoslavie ( au Vélodrome, à Belgrade).

La France touche le fond quand elle est défaite à domicile par les amateurs norvégiens le en match qualificatif pour la Coupe du monde et qu'elle sombre face à l'Angleterre (triplé de Geoffrey Hurst) le à Wembley. Elle ne se qualifie pas aux coupes du monde de (éliminé par la Suède) et (éliminé par l'Union soviétique).

Le renouveau[modifier | modifier le code]

&#;Articles détaillés&#;: Équipe de France de football à la coupe du monde et Championnat d'Europe de football

Sous la houlette de Georges Boulogne, la France du football se reconstruit, en mettant en place une politique centrée sur la formation, dont l’équipe de France profite par ricochet. Stefan Kovacs poursuit sur cette voie en donnant leur chance à de très nombreux jeunes joueurs. Les résultats ne sont pas vraiment encore au rendez-vous, mais la mentalité, le physique et l’approche tactique des joueurs français changent.

Le réveil de l’équipe de France sonne en avec la qualification pour le Mondial argentin au terme d'une victoire décisive contre la Bulgarie, obtenue par la génération montante du football français dont les leaders sont Platini, Rocheteau, Trésor, Bossis, Bathenay ou encore Six. L'équipe de France obtient de bons résultats durant les matchs de préparation: à Naples contre l'Italie, futur adversaire, victoires contre le Portugal, contre le Brésil, contre l'Iran puis contre la Tunisie.

En Argentine, les Français payent leur manque d’expérience du plus haut niveau par une élimination dès le premier tour. Tombés dans un groupe particulièrement relevé, les Français font pourtant bonne figure en ne concédant que de courtes défaites face à deux des favoris de la compétition, que sont l’Italie ( malgré l’ouverture du score par Bernard Lacombe dès la première minute de jeu) et l’Argentine ( dont un penalty très litigieux sifflé à l’encontre de Marius Trésor). Pour l’honneur, les Français viennent facilement à bout de la Hongrie () grâce à Lopez, Berdoll et Rocheteau, dans leur dernier match. Ce jour-là, à Mar del Plata, les Bleus arborent de curieux maillots rayés blanc et vert, conséquence d’un problème d’intendance… les Français avaient dû se rabattre en urgence sur les tenues d’un club local.

Les «&#;quatre glorieuses&#;»[modifier | modifier le code]

En s’appuyant sur une génération exceptionnelle menée par ceux qui en sont maintenant les leaders comme Platini, Rocheteau ou Bossis mais aussi par des nouveaux venus dans le groupe France comme Alain Giresse, Jean Tigana ou encore Manuel Amoros, les Bleus signent quatre épopées fabuleuses entre et , avec une quatrième place à la Coupe du monde , une victoire à l’Euro et à la Coupe intercontinentale des nations, puis une troisième place à la Coupe du monde

Mondial &#;: une quatrième place inattendue[modifier | modifier le code]

&#;Articles détaillés&#;: Équipe de France de football en #France - Pays-Bas, Équipe de France de football à la coupe du monde et Match de football France - RFA ().

L'année démarre sous les meilleurs auspices. En effet, le à Paris, la France bat l'Italie alors que les Bleus n'avaient plus battu la Squadra Azzurra depuis &#;! Le , la France affronte en amical l'Irlande du Nord, cette même équipe qu'elle va rencontrer au second tour du mondial et l'écrase Par la suite, les matchs de préparation sont cependant bien moins probants&#;: défaite contre le Pérou, nul contre la Bulgarie et revers contre le Pays de Galles et à chaque fois à domicile. Les Français débarquent au Mondial espagnol en plein doute.

La compétition ne peut d’ailleurs pas plus mal commencer, avec une cuisante défaite face à l’Angleterre (, dont un but de Bryan Robson dès l’engagement). La France redresse la tête grâce à une facile victoire contre le Koweït, dans un match marqué par l’irruption sur la pelouse du cheikh Farid Al Ahmad al Sabah qui exige et parvient à obtenir de l’arbitre qu’il annule un but d’Alain Giresse, provoquant au passage la colère du sélectionneur Michel Hidalgo, puis arrache sa qualification pour le deuxième tour en faisant match nul contre la Tchécoslovaquie

Au deuxième tour, les Français se défont sans grande difficulté de l’Autriche () puis de l’Irlande du Nord () grâce à deux doublés de Giresse et Rocheteau et accèdent aux demi-finales. C’est à l’occasion du match contre l’Irlande du Nord que Michel Hidalgo associe pour la première fois quatre joueurs à vocation offensive (Tigana, Genghini, Giresse et Platini) au milieu de terrain. Le «&#;carré magique&#;» est né.

Disputée à Séville, la demi-finale des Français contre la RFA est rentrée dans la légende du football. Qualité du jeu pratiqué, intensité, émotion, tout a contribué à rendre ce match légendaire. Les deux équipes se quittent sur le score à l’issue du temps règlementaire, après un dernier tir de Manuel Amoros sur la barre transversale à la 88e minute. Les Français, survoltés par l’agression commise par le gardien allemand Harald Schumacher sur Patrick Battiston, inscrivent deux buts coup sur coup à l’entame des prolongations par l’intermédiaire de Marius Trésor et Alain Giresse. Continuant à jouer l’offensive et un football spectaculaire, les Français se font rejoindre au score en l’espace de quelques minutes. Ils ne peuvent éviter de jouer la qualification pour la finale sur la première séance de tirs au but de l'histoire de la coupe du monde, dont ils sortent perdants.

En l’absence des principaux titulaires, la France perd également le match pour la troisième place contre la Pologne ().

Euro &#;: le premier sacre européen[modifier | modifier le code]

&#;Articles détaillés&#;: Équipe de France de football au championnat d'Europe et Match de football France - Espagne ().

Deux ans plus tard, la France aborde avec le statut de favorite le Championnat d’Europe de football qu’elle dispute à domicile. Avec une génération arrivée au sommet de son art, et le renfort de l’accrocheur Luis Fernandez au sein du «&#;carré magique&#;», la France va répondre aux attentes. Après une entame délicate contre le Danemark et un but chanceux de Platini (), la France écrase la Belgique () puis vient à bout de la Yougoslavie ().

En demi-finale, la France affronte le Portugal à Marseille. Menée d’un but à cinq minutes de la fin des prolongations, les Bleus égalisent, avant de prendre l’avantage dans les derniers instants du match sur une frappe de Platini, consécutive à un rush héroïque de Jean Tigana.

En finale contre l’Espagne, un coup franc de Platini qui surprend le malheureux portier espagnol Luis Arconada débloque un match jusque-là verrouillé. Grâce à l’estocade portée en fin de match par Bruno Bellone, l’équipe de France de football remporte le premier titre majeur de son histoire.

Elle se porte enfin au sommet du monde en battant l'Uruguay, détentrice de la Copa América, à Paris en pour le compte de la Coupe intercontinentale des nations grâce à des buts de Dominique Rocheteau et de José Touré.

Mondial &#;: l’exploit sur le podium[modifier | modifier le code]

&#;Articles détaillés&#;: Équipe de France de football à la coupe du monde et Match de football France - Brésil ().

Pour la Coupe du monde , la France fait à nouveau figure de favorite. Mais amoindris par les blessures récurrentes de leurs deux meneurs de jeu Platini et Giresse, les Bleus (désormais emmenés par Henri Michel) peinent à retrouver l’état de grâce de La France se sort sans grande difficulté mais sans panache d’un premier tour largement à sa portée (victoire contre le Canada, nul contre l’URSS et victoire contre la Hongrie) avant d’affronter l’Italie en huitième de finale. Au terme d’un match remarquablement maîtrisé (victoire , grâce à des buts de Platini et Stopyra sur deux passes décisives de Rocheteau), la France sort victorieuse de ce duel au sommet entre les champions du monde et les champions d’Europe en titre.

En quart de finale, la France retrouve sur sa route le Brésil. Pour beaucoup, c’est un match entre les deux équipes qui pratiquent le plus beau football de la planète. À cette époque, les Français sont d’ailleurs souvent surnommés les «&#;Brésiliens de l’Europe&#;» en hommage à leur jeu spectaculaire et systématiquement tourné vers l’offensive. Le match tient toutes ses promesses, à tel point que Pelé le qualifiera de «&#;match du siècle&#;». Dominateurs, les Brésiliens ouvrent rapidement la marque par Careca, avant que Platini ne ramène les deux équipes à égalité en reprenant un centre de Rocheteau. La prolongation spectaculaire au cours de laquelle les deux équipes se procurent chacune de franches occasions ne change pas le score, et les Bleus se qualifient à l’issue de l’épreuve des tirs au but et de la tentative réussie de Luis Fernandez.

En demi-finale, la France retrouve la RFA pour ce qui est considéré comme la «&#;revanche de Séville&#;» quatre ans plus tôt. Mais de revanche, il n’y en aura pas. Comme si elle avait tout donné contre le Brésil, la France, en panne d’imagination, privée de Rocheteau, blessé, qui avait distillé quatre passes décisives dans les trois matches précédents et sans doute diminuée physiquement par sa victoire aux tirs au but sur les Cariocas, bute sur la rigueur et le réalisme des Allemands, qui s’imposent sans grande difficulté (), ceux-ci ayant joué contre le Maroc et le Mexique, qui sont des adversaires bien moins réputés que l'Italie et le Brésil. Les Français se consolent avec la troisième place, acquise par les "coiffeurs", aux dépens de la Belgique dans la «&#;petite finale&#;» ( ap), leur meilleur résultat depuis la Coupe du monde

&#;: Années de crise[modifier | modifier le code]

&#;Articles détaillés&#;: Équipe de France de football au championnat d'Europe et Match de football France - Bulgarie ().

L’épopée de la coupe du monde mexicaine marque la fin de ce que les observateurs considèrent comme une génération d’exception[15]. Dès la fin de la compétition les cadres que sont Rocheteau, Bossis et Giresse annoncent leur retraite internationale. Un an plus tard, et alors que les éliminatoires pour l'Euro 88 sont déjà bien mal engagés pour l'équipe de France, Platini met lui un terme définitif à sa carrière.

Le , en présence du président de la République François Mitterrand, la FFF inaugure le Centre technique national Fernand-Sastre également connu sous le nom d'institut national du football de Clairefontaine. Ce centre qui a coûté millions de francs[16] forme des jeunes footballeurs et accueille les joueurs de l'équipe de France avant les matchs internationaux.

La transition est trop brusque, et la nouvelle génération échoue successivement à se qualifier pour l’Euro 88 et le Mondial italien de Le match nul contre la sélection chypriote du propulse Claude Bez, l'influent président des Girondins de Bordeaux, au poste de superintendant de l'équipe de France, un poste spécialement créé pour lui. Claude Bez désigne alors Michel Platini à la tête de la sélection en . Si l'arrivée d'un nouveau sélectionneur emblématique comme Michel Platini n’empêche pas l'absence au Mondial italien, elle suscite pourtant de nombreux espoirs.

La copie parfaite rendue par l’équipe de France dans les éliminatoires de l’Euro 92 (8 victoires en 8 rencontres) laisse augurer un retour aux succès des années à défaut d’un retour au beau jeu. En effet, voyant sa marge de manœuvre limitée par la faiblesse des individualités dont il dispose, Platini a construit une équipe à vocation très défensive, sans véritable milieu créateur, et qui compte sur les deux grands joueurs français de l’époque (Éric Cantona et Jean-Pierre Papin) pour faire la différence en attaque. Alors que l'équipe de France a remporté tous ces matchs de qualification et apparaît ainsi comme une favorite potentielle[17], les matchs de préparation à l'Euro sont bien moins convaincants&#;: une défaite à Wembley contre les Anglais (futurs adversaires à l'Euro) le [18], un nul contre la Belgique (avec un des fameux retournés acrobatiques de Papin) le où la France est menée trois fois au score, une défaite le à Lausanne contre la Suisse et un nul le contre les Pays-Bas quelques jours avant le début de la compétition.

En conséquence peut-être, lors de l’Euro en Suède, la France est incapable de confirmer son parcours des éliminatoires et tombe sans gloire dès le premier tour, après deux matchs nuls (contre la Suède et l’Angleterre ) et une défaite (contre le Danemark, futur vainqueur du tournoi).

Dans les mois qui suivent, l’équipe de France, forte d’un effectif à la qualité en hausse, semble retrouver des couleurs (il faut tout de même attendre le pour que la France gagne un match en , contre l'Autriche en qualifications). Enchaînant les succès lors des éliminatoires de la Coupe du monde , les Bleus semblent bien partis pour obtenir leur qualification. Mais ils s'effondrent dans la dernière ligne droite alors qu'un point lors des deux derniers matchs leur aurait suffi[19]; d'abord sur le score de () contre la modeste équipe d’Israël (que les Tricolores avaient battu à l'aller), puis () contre la Bulgarie, avec à chaque fois un but encaissé à la dernière minute[20], et ce, à domicile.

&#;: l’apothéose[modifier | modifier le code]

&#;: un Euro synonyme de reconquête[modifier | modifier le code]

&#;Articles détaillés&#;: Match de football France - Azerbaïdjan () et Équipe de France de football au championnat d'Europe

&#;Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue&#;!Comment faire&#;?

Aimé Jacquet est le nouveau sélectionneur national des bleus et a pour but de tout reconstruire alors que le football français est encore sonné par le traumatisme bulgare[21]. S'il peut s'appuyer sur un secteur défensif de qualité, il va tâtonner durant près de deux années pour trouver une bonne animation offensive[réf.&#;souhaitée]. Les éliminatoires pour l’Euro sont laborieux et laissent craindre une nouvelle déconvenue. En effet, l'équipe de France multiplie les matchs nuls contre ses adversaires pour la qualification. Sur les cinq premiers matchs éliminatoires, elle ne compte que 7 points (4 nuls et une seule victoire contre l'Azerbaïdjan). Mais, au pied du mur, ils font un retour presque fracassant en prenant 13 points sur les 5 matchs suivants. Symbole de ce retour, ils écrasent l'Azerbaïdjan (ce qui reste, à ce jour, la plus large victoire des Bleus) et réalisent, à l’automne , une spectaculaire et décisive victoire à l’extérieur contre la redoutable équipe de Roumanie () semble marquer l’acte de naissance d’un nouveau groupe dont le jeune Zinédine Zidane s’affirme comme le maître à jouer. Qualifiée pour l’Euro , l’équipe de France y atteint les demi-finales en confirmant la solidité à toute épreuve de son bloc défensif (quatre défenseurs et trois milieux récupérateurs) mais déçoit quelque peu par le manque d’inspiration de son secteur offensif et de ses deux créateurs (Zinedine Zidane et Youri Djorkaeff), pourtant très attendus.

Mais Jacquet s'est disposé là d’une base de travail solide en prévision de la Coupe du monde de football en France, pour laquelle les Bleus se préparent en toute quiétude, sans avoir à passer par les éliminatoires. Cette base de travail est d’autant plus solide qu’à partir de l’été , grâce à l’arrêt Bosman, la plupart des joueurs de l’équipe de France partent jouer à l’étranger où ils acquièrent une stature internationale et une précieuse expérience du haut niveau.

&#;: la consécration, champions du Monde puis d’Europe[modifier | modifier le code]

&#;Articles détaillés&#;: Équipe de France de football à la coupe du monde , Match de football France - Italie (), Match de football France - Brésil (), Les Yeux dans les bleus et Équipe de France de football au championnat d'Europe

Si la série de matchs préparatoires à la Coupe du monde soulève une certaine inquiétude auprès de plusieurs observateurs, ce qui vaudra notamment au journal l'Équipe les foudres d'Aimé Jacquet a posteriori, les Bleus sont bel et bien présents au rendez-vous.

Ils se sortent avec facilité du premier tour&#;: victoires contre l’Afrique du Sud (), l’Arabie saoudite () et le Danemark () mais, privés de Zidane suspendu, butent en huitièmes contre le mur défensif du Paraguay et de son fantasque gardien de but José Luis Chilavert. La qualification arrachée en prolongation (but en or de Laurent Blanc) permet aux Bleus de retrouver l’Italie en quart de finale. Au terme de minutes intenses mais sans but, les deux équipes jouent leur qualification aux tirs au but&#;; la France s’impose à la suite d'un penalty raté de Luigi Di Biagio. En demi-finale, la France semble proche de tomber face aux surprenants Croates, mais deux buts de son latéral Lilian Thuram la qualifient pour la première finale de son histoire, face au Brésil.

Le Brésil a impressionné depuis le début de la compétition par la puissance et l’adresse de ses attaquants, mais a également laissé entrevoir de grosses carences défensives. Dominateurs et réalistes, les Français tuent le match en première période grâce à deux buts de la tête de Zidane. Réduits à dix en seconde période à la suite de l’expulsion de Desailly, la France subit mais inscrit en contre un troisième but libérateur par Emmanuel Petit dans les derniers instants du match (qui est d'ailleurs le e but de l'histoire de l'Équipe de France). Didier Deschamps devient le le premier joueur français à soulever la Coupe du monde.

Bien que champions du monde en titre, les français doivent passer par les éliminatoires pour obtenir leur place à l'Euro Malgré quelques résultats décevants (nul en Islande , victoire arrachée à Andorre grâce à un penalty tardif inscrit par Frank Lebœuf, défaite à domicile contre la Russie …), les français arrachent leur qualification à l'Ukraine et à la Russie grâce à un but décisif de David Trezeguet face à l'Islande () lors de la dernière journée de la phase éliminatoire au Stade de France, alors que dans le même temps l'Ukraine et la Russie se neutralisaient ().

Les matchs amicaux de préparation à l'Euro sont plutôt rassurants&#;: cela commence par un succès contre la Pologne le à Saint-Denis (coup franc direct de Zidane à la 88e minute), puis une victoire en Écosse le . Le , la France est menée au bout de neuf minutes de jeu face à la Slovénie à Saint-Denis et retourne la situation en l'emportant dans les arrêts de jeu sur un but de Trézeguet. Le , la France gagne en Croatie. Au début du mois de juin, les Tricolores remportent le tournoi Hassan-II en battant d'abord difficilement le Japon aux tirs au but (après un nul dans le temps règlementaire où la France a été mené deux fois au score) puis en écrasant le Maroc

La France va confirmer son statut de meilleure équipe du monde à l’occasion de l’Euro Toujours aussi solide défensivement, elle s’offre le luxe de pratiquer un football plus offensif qu’en grâce à l’éclosion d’attaquants tels que Thierry Henry, David Trezeguet, Nicolas Anelka, Robert Pirès ou encore Sylvain Wiltord. Sur le banc, Jacquet a cédé sa place à son adjoint de , Roger Lemerre.

Après un premier tour parfaitement maîtrisé (victoire contre le Danemark et la République tchèque, défaite sans conséquence des remplaçants face aux Pays-Bas), la France va connaître trois rencontres à haut suspense dont elle sortira à chaque fois victorieuse. En quart de finale, elle rencontre l’Espagne qu'elle bat , en dépit d'un penalty espagnol raté par Raúl dans les arrêts de jeu. En demi-finale, elle élimine le Portugal sur le même score (), grâce à un penalty transformé par Zidane dans les arrêts de jeu de la prolongation.

En finale, elle affronte l’Italie, considérée comme son équipe jumelle (de nombreux joueurs français jouent alors en championnat d'Italie)&#;: menée dans les arrêts de jeu, la France semble devoir se résoudre à la défaite. Mais Wiltord égalise dans les derniers instants du match et arrache les prolongations, durant lesquelles Trezeguet inscrit d’une somptueuse reprise de volée le but en or, synonyme de victoire finale des français.

Sur ce succès historique, les deux anciens que sont le capitaine Didier Deschamps et le libéro Laurent Blanc, annoncent leur retraite internationale.

&#;: une transition avortée[modifier | modifier le code]

&#;: L'échec asiatique[modifier | modifier le code]

&#;Article détaillé&#;: Équipe de France de football à la coupe du monde

Championne d’Europe et du monde en titre, la France aborde la Coupe du monde en Asie, en tant que favorite, avec confiance, malgré une préparation chaotique. Les Bleus enregistrent deux victoires, contre la Roumanie () en février puis contre l'Écosse (), mais les matchs suivants sont nettement moins bien réussis&#;: l'équipe concède un match nul () contre la Russie, puis une défaite () contre la Belgique le (malgré une frappe sur le poteau de Wiltord, et une frappe de Micoud sauvée sur la ligne par un défenseur belge). Une victoire peu probante contre la Corée du Sud () le , durant laquelle Zinédine Zidane se blesse et la défense montre des signes de faiblesse, ne rassure personne.

Dès le match d’ouverture, les Bleus se font surprendre par le Sénégal (). Pour leur deuxième match, alors qu'une victoire paraît nécessaire pour assurer leur qualification au deuxième tour, ils ne parviennent pas à se défaire de l'Uruguay (, alors qu'un but a priori valable est refusé au français Trezeguet). Par ailleurs, Thierry Henry est expulsé. Une dernière défaite face au Danemark, sur le score de malgré le retour de Zidane, signe l'élimination de la France, qui quitte la compétition dès le premier tour sans avoir marqué le moindre but. À la suite de ce cuisant échec, le sélectionneur Roger Lemerre est immédiatement limogé au profit de Jacques Santini.

L'apparente confiance excessive du groupe et les nombreuses publicités de sponsors avant le tournoi (Adidas produit un maillot avec la deuxième étoile de champion du monde, avant le début de la compétition), Orange ou Carrefour) sont mises en cause, de même que l'âge des titulaires (souvent supérieur à trente ans en défense et au milieu de terrain), qui contraste par exemple avec une équipe du Sénégal jeune et fringante.

L'équipe de France USFSA des JO de
Le match France-Suisse en au Parc des Princes, est le deuxième match de l'histoire de l'équipe de France.
France-Italie en huitième de finale, Dominique Rocheteau opposé à Giuseppe Bergomi
Demi-finale France-Allemagne
La France et l'Italie avant la finale de l'Euro.

  • Appli compagnonpour fire fox
  • Zoukero album bacco perbacco
  • Logiciel antivirus smartphone
  • This is not a love story vostfr
  • Livre mon guide anti-age
  • Santa maria de chantal soulu
  • Un roi sans divertissement film
  • Pilote nvido gts 960