Torrent9

..

Sur pdskeys

Telecharger sur pdskeys

Aide


Vous devez vous inscrire afin de télécharger
Veuillez créer un compte gratuitement sur Torrent9 pour accéder aux téléchargements illimités et au streaming !

La présente invention se rapporte à une composition cosmétique de maquillage et/ou de soin, notamment des lèvres. Dans le domaine cosmétique, la mise au point de formulations dotées à la fois de bonnes propriétés en termes d'application et en particulier de quantité déposée, et des propriétés satisfaisantes en termes de brillance et de non migration. Les composés classiquement utilisés dans ce type de compositions pour procurer de la brillance sont des huiles visqueuses, comme les polybutènes et/ou des composés pâteux comme le polyacyladipate de diglycéryle. Cependant, ces composés peuvent dans certaines conditions poser des problèmes de collant et de migration. Par ailleurs, on sait qu'il est possible de limiter la migration des compositions grâce à l'addition de charges. Toutefois, on a aussi constaté que cette addition de charge s'effectuait généralement au détriment de la brillance des compositions obtenues. En conséquence, il demeure à ce jour un besoin d'une composition de maquillage et/ou de soin des lèvres, acceptable d'un point de vue sensoriel et qui présente une brillance satisfaisante tout en ne migrant sensiblement pas et dont la quantité déposée lors de l'application est satisfaisante. En effet, les consommateurs sont toujours à la recherche d'un produit brillant, confortable à porter tout au long de la journée, qui ne migre pas ou peu dans les plis de la peau entourant les lèvres ou les yeux tels que les rides et les ridules. De manière inattendue, les inventeurs ont constaté que l'utilisation d'une association de deux charges particulières et d'une huile non volatile, et en particulier d'une huile brillante ou de haute viscosité, permettait avantageusement d'obtenir des compositions donnant satisfaction en ces termes.

De plus, les inventeurs ont constaté que l'association de deux types de charges spécifiques en association avec une huile telle définie précédemment, notamment dans des produits destinés à être appliqués sur les lèvres, permet efficacement de prévenir la migration de la composition appliquée et était particulièrement avantageuse notamment en termes de fondant à l'application et de quantité déposée. En outre, les compositions selon l'invention présentent des propriétés de brillance améliorées, et sont satisfaisantes en termes de non migration.

De façon plus précise, la présente invention concerne une composition cosmétique de maquillage et/ou de soin comprenant au moins une phase grasse comprenant au moins une silice enrobée diméthicone, au moins un amidon réticulé, et au moins un corps gras dont la viscosité à 25°C est supérieure ou égale à mPa/s, de préférence supérieure ou égale à mPa/s ou mieux encore, supérieure ou égale à mPa/s. De façon préférée, la composition selon l'invention est solide. Le terme solide caractérise l'état de la composition à température ambiante (25°C) et à pression atmosphérique ( mm de Hg).

De façon préférée, la composition selon l'invention présente, lorsqu'elle est solide, une dureté comprise entre 30 et g, voire de 50 à g.

Protocole de mesure du cisaillement : La mesure est réalisée selon le protocole suivant : Un échantillon de la composition considérée est coulé à chaud dans un moule de sticks de 11,06 mm de diamètre. Le moule est ensuite refroidi au congélateur pendant une heure environ. Le stick de rouge à lèvres est ensuite conservé à 20 °C. La dureté des échantillons est mesurée après 24 heures d'attente. La dureté des échantillons de compositions de l'invention, exprimée en 20 gramme, est mesurée au moyen d'un dynamomètre DFGS2 commercialisé par la société INDELCO-CHATILLON. La dureté correspond à la force maximale de cisaillement exercée par un fil rigide de diamètre m en tungstène avançant à une vitesse de mm/min. La technique décrite ci-dessus est habituellement dénommée méthode dite du 25 fil à couper le beurre . De façon préférée, la composition selon l'invention comprend moins de 10%, ou mieux, moins de 4% d'eau en poids par rapport au poids total de la composition, voire est totalement anhydre. Selon un autre aspect, la présente invention concerne un procédé de 30 maquillage dans lequel on applique sur les lèvres, un produit tel que défini précédemment.

Charge La composition selon l'invention comprend au moins deux charge constituée de silice enrobée diméthicone et d'amidon réticulé.

Amidon réticulé Par l'expression amidon réticulé , on entend désigner dans la présente invention par exemple de l'amidon réticulé par un dérivé de méthylol urée ou par l'anhydride octényl succinique ou encore par l' épichlorhydrine. De façon préférée, l'amidon réticulé est l'anhydride octénylsuccinique commercialisé sous la référence Dry Flo Plus () par National Starch.

De façon préférée, l'amidon réticulé est présent en une teneur totale allant de 0,1 % à 99 %, en particulier de 0,1 % à 30 %, plus particulièrement de 0,1 à 15 %, voire de 1 % à 7 % en poids par rapport au poids total de la composition.

Silice enrobée diméthicone La silice enrobée diméthicone comprend des particules de silice enrobées totalement ou partiellement avec une diméthicone. La diméthicone (nom INCI) correspond à la polydiméthylsiloxane (nom chimique). La silice peut éventuellement être enrobée avec, outre la diméthicone, un autre composé minéral ou organique. De préférence, cet autre composé est un composé 20 organique hydrophobe. La silice enrobée diméthicone est de préférence une charge de silice. Par charge de silice, il faut comprendre des particules de silice enrobées diméthicone qui sont insolubles dans la phase grasse liquide, à une température de 25°C. La charge présente ainsi la particularité de ne pas changer de structure au cours 25 du procédé de préparation de la composition cosmétique, contrairement à une cire, qui est fondue pour être mélangée aux autres ingrédients, et qui recristallise au cours du refroidissement du mélange.

La silice enrobée diméthicone est en particulier insoluble dans l'huile volatile 30 de la composition.

La silice enrobée diméthicone est de préférence sous la formule de particules essentiellement sphériques. La définition de sphérique est la même que celle donnée plus haut. Selon un mode de mise en oeuvre, les particules de silice sont des particules de silice poreuse. La porosité des particules de silice peut être caractérisée par une surface spécifique comprise entre 50 et m2/g, par exemple de l'ordre de m2/g, et une densité apparent comprise entre 10 et g/1, par exemple de l'ordre de 50 g/l. La silice enrobée diméthicone est, selon un mode de réalisation particulier, sous la forme de particules ayant une taille moyenne 0,1 à 30 m, et en particulier de 0,5 à 20 m, et plus précisément de l'ordre de 1 à 16 m en moyenne (D50). La silice enrobée diméthicone est, selon un mode de réalisation particulier, sous la forme de particules ayant une taille moyenne supérieure à 1 micron. La silice enrobée diméthicone peut être achetée sous la référence SA-SB 15 auprès de Miyoshi Kasei Inc., ou sous la référence CAB-O-Sil TS Treated Fumed SIlica auprès de Cabot Corporation. Le ratio entre la diméthicone et la silice est de préférence compris entre 1 et 20% en poids, par exemple entre 5 et 10% en poids.

20 De façon préférée, la silice enrobée diméthicone peut être présente en une teneur allant de 0,1 % à 99 %, en particulier de 0,1 % à 30 %, plus particulièrement de 0,1 à 15 %, voire de 1 % à 7 % en poids par rapport au poids total de la composition, notamment de l'ordre de 5% en poids. Selon un mode de réalisation préférée, l'amidon réticulé et la silice enrobée 25 diméthicone sont dans un rapport massique compris entre 10 et , de préférence entre 30 : 70 et 70 : 30, et de façon encore préférée de l'ordre de 50 De façon avantageuse, l'amidon réticulé et la silice enrobée diméthicone sont présents en une teneur totale allant de 0,1 % à 99 %, en particulier de 0,1 % à 30 %, plus particulièrement de 0,1 à 15 %, voire de 1 % à 7 % en poids par rapport au poids total de 30 la composition.

Autres charges La composition selon l'invention peut comprendre outre la silice enrobée diméthicone et l'amidon réticulé, au moins une autre charge, choisie parmi les charges organiques et les charges minérales ou organique. Avantageusement, la composition selon l'invention comprend une teneur totale en charge allant de 0,1 % à 99 %, en particulier de 0,1 % à 30 %, plus particulièrement de 0,1 à 15 %, voire de 1 % à 7 % en poids par rapport au poids total de la composition, notamment de l'ordre de 5% en poids. Par charges, il faut comprendre au sens de la présente invention, des particules de toute forme, incolores ou blanches, minérales ou de synthèse, insolubles dans le milieu de la composition quelle que soit la température à laquelle la composition est fabriquée. Ces charges servent notamment à modifier la rhéologie ou la texture de la composition. Les charges peuvent être minérales ou organiques de toute forme, plaquettaires, sphériques ou oblongues, quelle que soit la forme cristallographique (par exemple feuillet, cubique, hexagonale, orthorombique, etc). On peut citer le talc, le mica, la silice, le kaolin, les poudres de polyamide (Nylon ) (Orgasol de chez Atochem), de poly-B-alanine et de polyéthylène, les poudres de polymères de tétrafluoroéthylène (Téflon ), la lauroyllysine, l'amidon, le nitrure de bore, les microsphères creuses polymériques telles que celles de chlorure de polyvinylidène/acrylonitrile comme l'Expancel (Nobel Industrie), de copolymères d'acide acrylique (Polytrap de la Société Dow Corning) et les microbilles de résine de silicone (Tospearls de Toshiba, par exemple), les particules de polyorganosiloxanes élastomères, le carbonate de calcium précipité, le carbonate et l'hydro-carbonate de magnésium, l'hydroxyapatite, les microsphères de silice creuses (Silica Beads de Maprecos), les microcapsules de verre ou de céramique, les savons métalliques dérivés d'acides organiques carboxyliques ayant de 8 à 22 atomes de carbone, de préférence de 12 à 18 atomes de carbone, par exemple le stéarate de zinc, de magnésium ou de lithium, le laurate de zinc, le myristate de magnésium, ou encore des particules de polyuréthane, également appelée poudre de polyuréthane. Par l'expression particules de polyuréthane , on entend désigner dans la présente invention des particules constituées d'un matériau au moins en partie de type polyuréthane. Elles sont avantageusement sous une forme réticulée.

Les particules utilisées dans la présente invention ont, selon un mode de réalisation particulier, une taille moyenne allant de 4 à 20 m, et en particulier de 5 à 15 m. Les charges (particules) utilisées dans la présente invention sont généralement et préférentiellement sensiblement sphériques. Par l'expression sphérique , on entend une forme essentiellement sphérique, notamment sous la forme de billes, de préférence de granulométrie comprise entre 1 et 15 microns, de préférence de l'ordre de 10 microns. Selon un mode de réalisation particulier, les particules de polyuréthane utilisées sont des particules comprenant un copolymère, ledit copolymère comprenant du triméthylol hexyllactone. En particulier, il peut s'agir d'un copolymère d'hexaméthylène di-isocyanate/triméthylol hexyllactone. De telles particules sont notamment disponibles dans le commerce, par exemple sous la dénomination de PLASTIC POWDER D° ou PLASTIC POWDER D° de la société TOSHIKI.

Phase grasse : La phase grasse de la composition selon l'invention correspond à l'ensemble des corps gras de la composition et elle comprend en particulier au mois un corps gras dont la viscosité à 25°C est supérieure ou égale à mPa/sC, ou de préférence supérieure à mPa/s ou mieux encore, supérieure à mPa/s. Selon l'invention, le corps gras dont la viscosité est supérieure à mPa/s à 25°C est choisi parmi les pâteux et les huiles non volatiles, qui seront appelées huiles non volatiles de haute viscosité ou huile de haute viscosité .

Protocole de mesure de la viscosité : La mesure de viscosité en cisaillement a été faite sur un viscosimètre ARES (à déformation imposée) équipée d'un dispositif cône plan en acrylique et d'un système de chauffe à effet Peltier. La mesure est faite par un balayage en gradiant de cisaillement sur la gamme de 1 à s

Le diamètre du plateau acrylique et de 50 mm et l'angle de cône de radian pour les huiles de faibles viscosités. On utilise un plateau de 25 mm et un angle de cône de radian pour les autres échantillons.

Toutes les mesures sont faites à 25 et 35°C. Avant chaque mesure, on vérifie la stabilisation des échantillons en observant la stabilisation de la réponse en oscillation à lHertz pendant s ou au-delà si nécessaire. La viscosité en cisaillement est déterminée par la valeur de ri sur le plateau de la courbe de viscosité exprimée par rapport à la contrainte subie.

Selon un premier mode de réalisation, le corps gras dont la viscosité à 25°C est supérieure ou égale à mPa/s, ou de préférence supérieure à mPa/s ou mieux encore, supérieure à mPa/s est un corps gras pâteux.

D'une façon générale, tous les corps gras pâteux ont une viscosité à 25°C supérieure ou égale à mPa/s.

Pâteux : Par "pâteux" au sens de la présente invention, on entend un composé gras lipophile à changement d'état solide/liquide réversible, présentant à l'état solide une organisation cristalline anisotrope, et comportant à la température de 23°C une fraction liquide et une fraction solide. En d'autres termes, la température de fusion commençante du composé pâteux peut être inférieure à 23°C. La fraction liquide du composé pâteux mesurée à 23°C peut représenter 9 à 97% en poids du composé. Cette fraction liquide à 23°C représente de préférence entre 15 et 85%, de préférence encore entre 40 et 85% en poids. Au sens de l'invention, la température de fusion correspond à la température du pic le plus endothermique observé en analyse thermique (DSC) telle que décrite dans la norme ISO ; Le point de fusion d'un pâteux ou d'une cire peut être mesuré à l'aide d'un calorimètre à balayage différentiel (DSC), par exemple le calorimètre vendu sous la dénomination MDSC par la société TA Instruments.

Le protocole de mesure est le suivant : Un échantillon de 5 mg de pâteux ou de cire (selon le cas) disposé dans un creuset est soumis à une première montée en température allant de °C à °C, à la vitesse de chauffe de 10 °C/minute, puis est refroidi de °C à °C à une vitesse de refroidissement de 10 °C/minute et enfin soumis à une deuxième montée en température allant de °C à °C à une vitesse de chauffe de 5 °C/minute. Pendant la deuxième montée en température, on mesure la variation de la différence de puissance absorbée par le creuset vide et par le creuset contenant l'échantillon de cire en fonction de la température. Le point de fusion du composé est la valeur de la température correspondant au sommet du pic de la courbe représentant la variation de la différence de puissance absorbée en fonction de la température. La fraction liquide en poids du composé pâteux à 23°C est égale au rapport de l'enthalpie de fusion consommée à 23°C sur l'enthalpie de fusion du composé pâteux. 10 L'enthalpie de fusion du composé pâteux est l'enthalpie consommée par le composé pour passer de l'état solide à l'état liquide. Le composé pâteux est dit à l'état solide lorsque l'intégralité de sa masse est sous forme solide cristalline. Le composé pâteux est dit à l'état liquide lorsque l'intégralité de sa masse est sous forme liquide. 15 L'enthalpie de fusion du composé pâteux est égale à l'aire sous la courbe du thermogramme obtenu à l'aide d'un calorimètre à balayage différentiel (D. S. C), tel que le calorimètre vendu sous la dénomination MDSC par la société TA instrument, avec une montée en température de 5 ou 10°C par minute, selon la norme ISO L'enthalpie de fusion du composé pâteux est la quantité d'énergie nécessaire pour faire 20 passer le composé de l'état solide à l'état liquide. Elle est exprimée en J/g. L'enthalpie de fusion consommée à 23°C est la quantité d'énergie absorbée par l'échantillon pour passer de l'état solide à l'état qu'il présente à 23°C constitué d'une fraction liquide et d'une fraction solide. 25 La fraction liquide du composé pâteux mesurée à 32°C représente de préférence de 30 à % en poids du composé, de préférence de 50 à %, de préférence encore de 60 à % en poids du composé. Lorsque la fraction liquide du composé pâteux mesurée à 32°C est égale à %, la température de la fin de la plage de fusion du composé pâteux est inférieure ou égale à 32°C. 30 La fraction liquide du composé pâteux mesurée à 32°C est égale au rapport de l'enthalpie de fusion consommée à 32°C sur l'enthalpie de fusion du composé pâteux.

L'enthalpie de fusion consommée à 32°C est calculée de la même façon que l'enthalpie de fusion consommée à 23°C.

Le composé pâteux au sens de l'invention, peut avoir une dureté à 20°C allant 5 de 0, à 0,5 MPa, de préférence de 0, à 0,4 MPa. La dureté est mesurée selon une méthode de pénétration d'une sonde dans un échantillon de composé et en particulier à l'aide d'un analyseur de texture (par exemple le TA-XT2i de chez Rhéo) équipé d'un cylindre en inox de 2 mm de diamètre. La mesure de dureté est effectuée à 20°C au centre de 5 échantillons. Le cylindre est introduit dans 10 chaque échantillon à une pré-vitesse de 1mm/s puis à une vitesse de mesure de 0,1 mm/s, la profondeur de pénétration étant de 0,3 mm. La valeur relevée de la dureté est celle du pic maximum. Le protocole de mesure est le suivant : Le corps gras dont la température de fusion est supérieure à 25°C (pâteux ou 15 cire selon le cas) est fondu à une température égale au point de fusion du corps gras + 10 °C. Le corps gras fondu est coulé dans un récipient de 25 mm de diamètre et de 20 mm de profondeur. Il est recristallisé à température ambiante (25 °C) pendant 24 heures de telle sorte que la surface du corps gras soit plane et lisse, puis le corps gras est conservé pendant au moins 1 heure à 20 °C avant d'effectuer la mesure de la dureté ou du collant. 20 Le mobile du texturomètre est déplacé à la vitesse de 0,1 mm/s, puis pénètre dans le corps gras jusqu'à une profondeur de pénétration de 0,3 mm. Lorsque le mobile a pénétré dans le corps gras à la profondeur de 0,3 mm, le mobile est maintenu fixe pendant 1 seconde (correspondant au temps de relaxation) puis est retiré à la vitesse de 0, 5 mm/s. La valeur de la dureté est la force de compression maximale mesurée divisée par la surface du cylindre du texturomètre en contact avec le corps gras.

Le composé pâteux est de préférence choisi parmi les composés synthétiques et 30 les composés d'origine végétale. Un composé pâteux peut être obtenu par synthèse à partir de produits de départ d'origine végétale. 25 Le corps gras pâteux peut être avantageusement choisi parmi : - la lanoline et ses dérivés - les composés siliconés polymères ou non - les composés fluorés polymères ou non - les polymères vinyliques, notamment : • les homopolymères d'oléfines • les copolymères d'oléfines • les homopolymères et copolymères de diènes hydrogénés • les oligomères linéaires ou ramifiés, homo ou copolymères de (méth)acrylates d'alkyles ayant de préférence un groupement alkyle en C8-C30 • les oligomères homo et copolymères d'esters vinyliques ayant des groupements alkyles en C8-C30 • les oligomères homo et copolymères de vinyléthers ayant des groupements alkyles en C8-C30, - les polyéthers liposolubles résultant de la polyéthérification entre un ou plusieurs diols en C2-CIO0, de préférence en C, - les esters, - et leurs mélanges. 20 Parmi les esters, on préfère notamment : - les esters d'un glycérol oligomère, notamment les esters de diglycérol, en particulier les condensats d'acide adipique et de glycérol, pour lesquels une partie des groupes hydroxyles des glycérols ont réagi avec un mélange d'acides gras tels que l'acide stéarique, l'acide caprique, l'acide stéarique et l'acide isostéarique et l'acide 25 hydroxystéarique, à l'image notamment de ceux commercialisé sous la marque Softisan par la société Sasol, - le propionate d'arachidyle commercialisé sous la marque Waxenol par Alzo, - les esters de phytostérol, 30 - les triglycérides d'acides gras et leurs dérivés, - les esters de pentaérythritol, - les polyesters non réticulés résultant de la polycondensation entre un acide 15 dicarboxylique ou un polyacide carboxylique linéaire ou ramifié en C et un diol ou un polyol en C, - les esters aliphatiques d'ester résultant de l'estérification d'un ester d'acide hydroxycarboxylique aliphatique par un acide carboxylique aliphatique, - les polyesters résultant de l'estérification, par un acide polycarboxylique, d'un ester d'acide hydroxy carboxylique aliphatique, ledit ester comprenant au moins deux groupes hydroxyle tels que les produits Risocast DA-H , et Risocast DA-L , - et leurs mélanges. Parmi les composés pâteux d'origine végétale, on choisira de préférence un mélange de stérols de soja et de pentaérythritol oxyéthyléné (5OE) oxypropyléné (5 OP), commercialisé sous la référence Lanolide par la société VEVY. Selon un mode de réalisation, la composition comprend moins de 10 % en poids, de préférence moins de 7 %, mieux moins de 5 %, et encore mieux moins de 3 % en poids de corps gras pâteux par rapport au poids total de la composition. De préférence encore, la composition est totalement exempte de corps gras pâteux.

Huile de viscosité supérieure ou égale à mPa/s à 25°C Selon un second mode de réalisation, le corps gras dont la viscosité à 25°C est supérieure ou égale à mPa/s, ou de préférence supérieure à mPa/s ou mieux encore, supérieure à mPa/s est une huile non volatile appelée huile non volatile de haute viscosité ou plus simplement huile de haute viscosité .

De façon préférée, l'huile de haute viscosité est une huile brillante.

Huile Brillante L'huile brillante est de préférence une huile non volatile. Par huile , on entend un composé non aqueux, non miscible à l'eau, liquide à température ambiante (25°C) et pression atmosphérique ( mm de Hg). Par "huile non volatile", on entend une huile restant sur les matières 30 kératiniques à température ambiante et pression atmosphérique au moins plusieurs heures et ayant notamment une pression de vapeur inférieure à mm de Hg (0,13 Pa).

L'huile brillante a de préférence une masse molaire élevée allant de à g/mol, et de préférence entre et g/mol.

L'huile brillante utilisable dans la présente invention peut être choisie parmi : 5 - les polymères lipophiles tels que : les polybutylènes tels que L'INDOPOL H (de masse molaire ou MW= g/mol), L'INDOPOL H (MWû g/mol), L'INDOPOL H (MW=g/mol) commercialisés ou fabriqués par la société AMOCO, 10 les polyisobutylènes hydrogénés tels que le PANALANE H E commercialisés ou fabriqué par la société AMOCO (MW = g/mol), le VISEAL commercialisé ou fabriqué par la société SYNTEAL (MW= g/mol), le REWOPAL PIB commercialisé ou fabriqué par la société WITCO (MW= g/mol), 15 les polydécènes et les polydécènes hydrogénés tels que : le PURESYN 10 (MW= g/mol), le PURESYN (MW= g/mol) commercialisé ou fabriqués par la société MOBIL CHEMICALS, - les copolymères de la vinylpyrrolidone tels que : le copolymère vinylpyrrolidone/1-héxadécène, ANTARON Vû commercialisé ou fabriqué par la société ISP 20 (MW= g/mol),

- les esters tels que : - les esters d'acides gras linéaires ayant un nombre total de carbone allant de 35 à 70 comme le tétrapélargonate de pentaérythrityle (MW= g/mol), 25 - les esters hydroxylés tels que le triisostéarate de polyglycérol-2 (M W= g/mol), le bis di-glycéryle polyacyladipate-2, - les esters aromatiques tels que le tridécyl trimellitate (MW= g/mol), les esters d'alcool gras ou d'acides gras ramifiés en CC28 tels que ceux décrits dans la demande EP-A-O , et notamment le citrate de triisoarachidyle 30 (MW=,76 g/mol), le tétraisononanoate de pentaérythrityle (MW= g/mol), le triisostéarate de glycéryle (MMû g/mol), le tri décyl-2 tétradécanoate de glycéryle (MW= g/mol), le tétraisostéarate de pentaérythrityle (MWû g/mol), le tétraisostéarate de polyglycéryle -2 (MW= g/mol) ou encore le tétra décyl -2 tétradécanoate de pentaérythrityle (MW= g/mol), - un polyester résultant de l'estérification d'au moins un triglycéride d'acide(s) carboxylique(s) hydroxylé(s) par un acide monocarboxylique aliphatique et par un acide dicarboxylique aliphatique, éventuellement insaturé comme l'huile de ricin d'acide succinique et d'acide isostéarique commercialisée sous la référence Zénigloss par Zénitech, - les esters de dimère diol et de dimère diacide de formule générale HO-RI-(R2-COO-Ri-)h-OH, dans laquelle : RI représente un reste de dimère diol obtenu par hydrogénation du diacide dilinoléique R2 représente un reste de diacide dilinoléique hydrogéné, et h représente un entier variant de 1 à 9, notamment les esters de diacides dilinoléiques et de dimères diols dilinoléiques commercialisés par la société NIPPON FINE CHEMICAL sous la dénomination commerciale LUSPLAN DD-DA5 et DD-DA7 ,

- les huiles siliconées telles que les silicones phénylées comme la BELSIL PDM de la société WACKER (MW= g/mol), les phényl triméthicones (telles que la phényl triméthicone vendue sous le nom commercial DC par Dow Corning), les phényl diméthicones, les phényl triméthylsiloxy diphényl siloxanes, les diphényl diméthicones, les diphényl méthyldiphényl trisiloxanes ; - les huiles d'origine végétale telles que l'huile de sésame (MW= g/mol), - et leurs mélanges.

Selon ce mode de réalisation, la composition comprend ainsi au moins une huile brillante dont la viscosité à 25°C est supérieure ou égale à mPa/s, ou de préférence supérieure à mPa/s ou mieux encore, supérieure à mPa/s.

De façon préférée, le corps gras de haute viscosité (ou l'huile de haute viscosité, et donc l'huile brillante dans le cas où il s'agit d'une huile de haute viscosité ou plus précisément d'une huile brillante peut représenter de 1 à 99%, de préférence de 20 à 90%, et mieux de 30 à 85% et mieux encore supérieure à 50% en poids par rapport au poids total de la composition.

De préférence, l'huile brillante a un indice de réfraction supérieur ou égal à 5 1,45 et notamment allant de 1,45 à 1,6.

Selon un mode de réalisation préféré, la composition comprend au moins deux huiles de viscosité supérieure à mPa/s à 25°C, ou de préférence supérieure à mPa/s à 25°C ou mieux encore, supérieure à mPa/s à 25°C différentes. Selon un mode de réalisation avantageux, la composition comprend au moins un corps gras pâteux et au moins une huile dont les viscosités à 25°C sont supérieures ou égale à mPa/s, ou de préférence supérieure à mPa/s ou mieux encore, supérieure à mPa/s. 15 Autres huiles La composition selon l'invention peut comprendre des huiles additionnelles, éventuellement non volatiles dont la viscosité à 25°C est inférieure à mPa/s qui peuvent être des huiles hydrocarbonées et/ou siliconées et/ou fluorées. La composition 20 selon l'invention peut ainsi comprendre une huile additionnelle indépendamment de la présence d'une huile brillante.

Ces huiles peuvent être d'origine végétale, minérale ou synthétique. Par huile hydrocarbonée , on entend une huile formée essentiellement, voire 25 constituée, d'atomes de carbone et d'hydrogène, et éventuellement d'atomes d'oxygène, d'azote, et ne contenant pas d'atome de silicium ou de fluor. Elle peut contenir des groupes alcool, ester, éther, acide carboxylique, amine et/ou amide. Par huile siliconée , on entend une huile comprenant au moins un atome de silicium, et notamment comprenant des groupes Si-O. 30 A titre d'exemple d'huile additionnelle non volatile dont la viscosité à 25°C est inférieure à mPa/s utilisable dans l'invention, on peut citer : 10 - les huiles hydrocarbonées végétales telles que les triglycérides liquides d'acides gras ayant de 4 à 10 atomes de carbone comme les triglycérides des acides heptanoïque ou octanoïque ou l'huile de jojoba ; - les hydrocarbures linéaires ou ramifiés, d'origine minérale ou synthétique tels que les huiles de paraffine et leurs dérivés, la vaseline ; - les alcools gras ayant de 12 à 26 atomes de carbone comme l'octyl dodécanol, le 2-butyloctanol, le 2-hexyl décanol, le 2-undécyl pentadécanol, l'alcool oléique ; - les huiles fluorées éventuellement partiellement hydrocarbonées et/ou siliconées ; - les huiles siliconées comme les polydiméthylsiloxanes (PDMS), linéaires ou cycliques; les polydiméthylsiloxanes comportant des groupements alkyle, alcoxy ou phényle, pendant ou en bout de chaîne siliconée, groupements ayant de 2 à 24 atomes de carbone ; - les acides gras ayant de 12 à 26 atomes de carbone comme l'acide oléïque ; et leurs mélanges.

L'huile non volatile additionnelle dont la viscosité est inférieure à mPa/s à 25°C peut être présente en une teneur allant de 0,1 à 80% en poids, de préférence de 1 à 60% en poids, mieux de 5 à 50% en poids et encore mieux de 5 à 40% en poids par rapport au poids total de la composition.

La composition peut en outre comprendre au moins une huile volatile dont la viscosité à 25°C est inférieure à mPa/s. Par " huile volatile", on entend au sens de l'invention une huile susceptible de s'évaporer au contact des matières kératiniques en moins d'une heure, à température ambiante et pression atmosphérique. Le ou les solvants organiques volatils et les huiles volatiles de l'invention sont des solvants organiques et des huiles cosmétiques volatiles, liquides à température ambiante, ayant une pression de vapeur non nulle, à température ambiante et pression atmosphérique, allant en particulier de 0,13 Pa à 40 Pa ( à mm de Hg), en particulier allant de 1,3 Pa à 13 Pa (0,01 à mm de Hg), et plus particulièrement allant de 1 , 3 Pa à Pa (0,01 à 10 mm de Hg). D'une manière générale, toutes les huiles volatiles ont une viscosité inférieure à mPa/s à 25°C.

Ces huiles peuvent être des huiles hydrocarbonées, des huiles siliconées, des huiles fluorées, ou leurs mélanges.

Les huiles hydrocarbonées volatiles peuvent être choisies parmi les huiles hydrocarbonées ayant de 8 à 16 atomes de carbones, et notamment les alcanes ramifiés en C8-C16 comme les isoalcanes en C8-C16 d'origine pétrolière (appelées aussi isoparaffines) comme 1'isododécane (encore appelé 2,2,4,4,6-pentaméthylheptane), l'isodécane, l'isohexadécane, et par exemple les huiles vendues sous les noms commerciaux d'Isopars' ou de Permetyls, les esters ramifiés en C8-C16 le néopentanoate d'iso-hexyle, et leurs mélanges. D'autres huiles hydrocarbonées volatiles comme les distillats de pétrole, notamment ceux vendus sous la dénomination Shell Soit par la société SHELL, peuvent aussi être utilisées. De préférence, le solvant volatil est choisi parmi les huiles volatiles hydrocarbonées ayant de 8 à 16 atomes de carbone et leurs mélanges. Comme huiles volatiles, on peut aussi utiliser les silicones volatiles, comme par exemple les huiles de silicones linéaires ou cycliques volatiles, notamment celles ayant une viscosité 8 centistokes (8 m2/s), et ayant notamment de 2 à 7 atomes de silicium, ces silicones comportant éventuellement des groupes alkyle ou alkoxy ayant de 1 à 10 atomes de carbone. Comme huile de silicone volatile utilisable dans l'invention, on peut citer notamment l'octaméthyl cyclotétrasiloxane, le décaméthyl cyclopentasiloxane, le dodécaméthyl cyclohexasiloxane, l'heptaméthyl hexyltrisiloxane, l'heptaméthyloctyl trisiloxane, l'hexaméthyl disiloxane, l'octaméthyl trisiloxane, le décaméthyl tétrasiloxane, le dodécaméthyl pentasiloxane et leurs mélanges.

De préférence, la composition selon l'invention présente une teneur en huile volatile inférieure ou égale à 50% en poids, de préférence inférieure ou égale à 30% et mieux inférieure ou égale à 10% en poids par rapport au poids total de la composition. De préférence encore, la composition est exempte d'huile volatile.

De façon, préférée, la composition selon est exempte d'huile siliconée, quelle 30 que soit la viscosité de celle-ci.

Milieu Physiologiquement acceptable La composition de l'invention doit être cosmétiquement ou dermatologiquement acceptable, à savoir contenir un milieu physiologiquement acceptable non toxique et susceptible d'être appliqué sur les lèvres d'êtres humains. Par cosmétiquement acceptable, on entend au sens de l'invention une composition d'aspect, d'odeur et de toucher agréables.

Agent structurant La composition selon l'invention peut comprendre, outre le ou les polyamide(s) siliconé(s) décrits plus haut, un agent structurant choisi parmi les cires, les polymères semi-cristallin, les gélifiants lipophiles et leur mélanges. Il est entendu que la quantité en ces composés annexes peut être ajustée par l'homme du métier de manière à ne pas porter préjudice à l'effet recherché dans le cadre de la présente invention.

Cire(s) La cire considérée dans le cadre de la présente invention est d'une manière générale un composé lipophile, solide à température ambiante (25 °C), à changement d'état solide/liquide réversible, ayant un point de fusion supérieur ou égal à 30 °C pouvant aller jusqu'à °C et notamment jusqu'à °C.

En particulier, les cires convenant à l'invention peuvent présenter un point de fusion supérieur ou égal à 45 °C, et en particulier supérieur ou égal à 55 °C. Au sens de l'invention, la température de fusion correspond à la température du pic le plus endothermique observé en analyse thermique (DSC) telle que décrite dans la norme ISO ; Le point de fusion de la cire peut être mesuré à l'aide d'un calorimètre à balayage différentiel (DSC), par exemple le calorimètre vendu sous la dénomination MDSC par la société TA Instruments. Le protocole de mesure est le suivant : Un échantillon de 5 mg de cire disposé dans un creuset est soumis à une première montée en température allant de °C à °C, à la vitesse de chauffe de 10 °C/minute, puis est refroidi de °C à °C à une vitesse de refroidissement de 10 °C/minute et enfin soumis à une deuxième montée en température allant de °C à °c à une vitesse de chauffe de 5 °C/minute. Pendant la deuxième montée en température, on mesure la variation de la différence de puissance absorbée par le creuset vide et par le creuset contenant l'échantillon de cire en fonction de la température. Le point de fusion du composé est la valeur de la température correspondant au sommet du pic de la courbe représentant la variation de la différence de puissance absorbée en fonction de la température. Les cires susceptibles d'être utilisées dans les compositions selon l'invention sont choisies parmi les cires, solides, à température ambiante d'origine animale, végétale, minérale ou de synthèse et leurs mélanges. A titre illustratif des cires convenant à l'invention, on peut notamment citer les cires hydrocarbonées comme la cire d'abeille, la cire de lanoline, et les cires d'insectes de Chine, la cire de son de riz, la cire de Carnauba, la cire de Candellila, la cire d' Ouricury, la cire d'Alfa, la cire de berry, la cire de shellac, la cire du Japon et la cire de sumac; la cire de montan, les cires d'orange et de citron, les cires microcristallines, les paraffines et l'ozokérite; les cires de polyéthylène, les cires obtenues par la synthèse de Fisher-Tropsch et les copolymères cireux ainsi que leurs esters. On peut aussi citer des cires obtenues par hydrogénation catalytique d'huiles animales ou végétales ayant des chaînes grasses, linéaires ou ramifiées, en C8-C Parmi celles-ci, on peut notamment citer l'huile de jojoba isomérisée telle que l'huile de jojoba partiellement hydrogénée isomérisée trans fabriquée ou commercialisée par la société DESERT WHALE sous la référence commerciale Iso-Jojoba , l'huile de tournesol hydrogénée, l'huile de ricin hydrogénée, l'huile de coprah hydrogénée, l'huile de lanoline hydrogénée, et le tétrastéarate de di-(triméthylol-1,1,1 propane) vendu sous la dénomination de Hest 2T-4S par la société HETERENE. On peut encore citer les cires de silicone (C ALKYL DIMETHICONE), 25 les cires fluorées. On peut également utiliser les cires obtenues par hydrogénation d'huile de ricin estérifiée avec l'alcool cétylique vendues sous les dénominations de Phytowax ricin 16L64 et 22L73 par la société SOPHIM. De telles cires sont décrites dans la demande FR-A- 30 Comme cire, on peut utiliser un (hydroxystéaryloxy)stéarate d'alkyle en CC40 (le groupe alkyle comprenant de 20 à 40 atomes de carbone), seul ou en mélange.

Une telle cire est notamment vendue sous les dénominations Kester Wax K 82 P , Hydroxypolyester K 82 P et Kester Wax K 80 P par la société KOSTER KEUNEN. Comme micro cires pouvant être utilisées dans les compositions selon l'invention, on peut citer notamment les micro cires de carnauba telles que celle commercialisée sous la dénomination de MicroCare par la société MICRO POWDERS, les micro cires de cire synthétique telles que celle commercialisée sous la dénomination de MicroEase S par la société MICRO POWDERS, les micro cires constituées d'un mélange de cire de carnauba et de cire de polyéthylène telles que celles commercialisées sous les dénominations de Micro Care et par la société MICRO POWDERS, les micro cires constituées d'un mélange de cire de carnauba et de cire synthétique telles que celle commercialisée sous la dénomination Micro Care par la société MICRO POWDERS, les micro cires de polyéthylène telles que celles commercialisées sous les dénominations de Micropoly , , L et S par la société MICRO POWDERS et les micro cires de polytétrafluoroéthylène telles que celles commercialisées sous les dénominations de Microslip et L par la société MICRO POWDERS. La composition selon l'invention peut comprendre une teneur en cires allant de 0,1 à 30 % en poids par rapport au poids total de la composition, en particulier elle peut en contenir de 0,5 à 15 %, plus particulièrement de 1 à 10 %.

Polymères semi-cristallin On entend par polymère semi cristallin des composés comportant au moins deux motifs, de préférence au moins 3 motifs et plus spécialement au moins 10 motifs de répétition. Par "polymère semi-cristallin", on entend des polymères comportant une partie cristallisable, une chaîne pendante cristallisable ou une séquence cristallisable dans le squelette, et une partie amorphe dans le squelette et présentant une température de changement de phase réversible du premier ordre, en particulier de fusion (transition solide-liquide). Lorsque la partie cristallisable est sous forme d'une séquence cristallisable du squelette polymérique, la partie amorphe du polymère est sous forme de séquence amorphe ; le polymère semi-cristallin est dans ce cas un copolymère séquencé par exemple du type dibloc, tribloc ou multibloc, comportant au moins une séquence cristallisable et au moins une séquence amorphe. Par "séquence", on entend généralement au moins 5 motifs de répétition identiques. La ou les séquences cristallisables sont alors de nature chimique différente de la ou des séquences amorphes. Le polymère semi-cristallin a une température de fusion supérieure ou égale à 30°C (notamment allant de 30°C à 80°C), de préférence allant de 30°C à 60°C. Cette température de fusion est une température de changement d'état du premier ordre. Cette température de fusion peut être mesurée par toute méthode connue et en particulier à l'aide d'un calorimètre à balayage différentiel (D.S.C). De façon avantageuse, le ou les polymères semi-cristallins auxquels s'applique l'invention présentent une masse moléculaire moyenne en nombre supérieure ou égale à 1 De façon avantageuse, le ou les polymères semi-cristallins de la composition de l'invention ont une masse moléculaire moyenne en nombre Mn allant de 2 à , de préférence de 3 à , mieux de 4 à , notamment inférieure à , et mieux de 4 à 99 De préférence, ils présentent une masse moléculaire moyenne en nombre supérieure à 5 , allant par exemple de 5 à 99 Par "chaîne ou séquence cristallisable", on entend au sens de l'invention une chaîne ou séquence qui si elle était seule passerait de l'état amorphe à l'état cristallin, de façon réversible, selon qu'on est au-dessus ou en dessous de la température de fusion. Une chaîne au sens de l'invention est un groupement d'atomes, pendant ou latéral par rapport au squelette du polymère. Une séquence est un groupement d'atomes appartenant au squelette, groupement constituant un des motifs répétitif du polymère. Avantageusement, la "chaîne pendante cristallisable" peut être chaîne comportant au moins 6 atomes de carbone. Le polymère semi-cristallin peut être choisi parmi les copolymères séquencés comportant au moins une séquence cristallisable et au moins une séquence amorphe, les homopolymères et les copolymères portant au moins une chaîne latérale cristallisable par motif de répétition, leurs mélanges. De tels polymères sont décrits par exemple dans le document EP Selon un mode plus particulier de réalisation de l'invention, le polymère est issu d'un monomère à chaîne cristallisable choisi parmi les (méth)acrylates d'alkyle saturés enC14àC A titre d'exemple particulier de polymère semi-cristallin structurant utilisable dans la composition selon l'invention, on peut citer les produits Intelimer de la société Landec décrits dans la brochure "Intelimer polymers", Landec IP22 (Rev. ). Ces polymères sont sous forme solide à température ambiante (25°C). Ils sont porteurs de chaînes latérales cristallisables.

Gélifiants lipophiles Les gélifiants utilisables dans les compositions selon l'invention peuvent être des gélifiants lipophiles organiques ou minéraux, polymériques ou moléculaires. Comme gélifiant lipophile minéral, on peut citer les argiles éventuellement modifiées comme les hectorites modifiées par un chlorure d'ammonium en Cio à C22, comme l'hectorite modifiée par du chlorure de di-stéaryl di-méthyl ammonium telle que, par exemple, celle commercialisée sous la dénomination de Bentone 38V par la société ELEMENTIS. On peut également citer la silice pyrogénée éventuellement traitée hydrophobe en surface dont la taille des particules est inférieure à 1 m. Il est en effet possible de modifier chimiquement la surface de la silice, par réaction chimique générant une diminution du nombre de groupes silanol présents à la surface de la silice. On peut notamment substituer des groupes silanol par des groupements hydrophobes : on obtient alors une silice hydrophobe. Les groupements hydrophobes peuvent être : - des groupements triméthylsiloxyle, qui sont notamment obtenus par traitement de silice pyrogénée en présence de l'hexaméthyldisilazane. Des silices ainsi traitées sont dénommées Silica silylate selon le CTFA (8ème édition, ). Elles sont par exemple commercialisées sous les références Aerosil R par la société DEGUSSA, CAB-O-SIL TS par la société CABOT, - des groupements diméthylsilyloxyle ou polydiméthylsiloxane, qui sont notamment obtenus par traitement de silice pyrogénée en présence de polydiméthylsiloxane ou du diméthyldichlorosilane. Des silices ainsi traitées sont dénommées Silica diméthyl silylate selon le CTFA (8ème édition, ). Elles sont par exemple commercialisées sous les références Aerosil R , et Aerosil R par la société DEGUSSA, CAB-O-SIL TS et CAB-O-SIL TS par la société CABOT. La silice pyrogénée hydrophobe présente en particulier une taille de particules pouvant être nanométrique à micrométrique, par exemple allant d'environ de 5 à nm.

Les gélifiants lipophiles organiques polymériques sont par exemple les organopolysiloxanes élastomériques partiellement ou totalement réticulés, de structure tridimensionnelle, comme ceux commercialisés sous les dénominations de KSG6 , KSG16 et de KSG18 par la société SHIN-ETSU, de Trefil EC et Trefil EC par la société DOW-CORNING, de Gransil SR-CYC , SR DMF10 , SR-DC , SR 5CYC gel , SR DMF 10 gel et de SR DC gel par la société GRANT INDUSTRIES, de SF et de JK par la société GENERAL ELECTRIC ; l'éthylcellulose comme celle vendue sous la dénomination Ethocel par la société DOW CHEMICAL ; les galactommananes comportant de un à six, et en particulier de deux à quatre, groupes hydroxyle par ose, substitués par une chaîne alkyle saturée ou non, comme la gomme de guar alkylée par des chaînes alkyle en Cl à C6, et en particulier en Cl à C3 et leurs mélanges. Les copolymères séquencés de type dibloc , tribloc ou radial du type polystyrène/polyisoprène, polystyrène/polybutadiène tels que ceux commercialisés sous la dénomination Luvitol HSB par la société BASF, du type polystyrène/copoly(éthylène-propylène) tels que ceux commercialisés sous la dénomination de Kraton par la société SHELL CHEMICAL CO ou encore du type polystyrène/copoly(éthylène-butylène), les mélanges de copolymères tribloc et radial (en étoile) dans l'isododécane tels que ceux commercialisé par la société PENRECO sous la dénomination Versagel comme par exemple le mélange de copolymère tribloc butylène/éthylène/styrène et de copolymère étoile éthylène/propylène/styrène dans l'isododécane (Versagel M ). Parmi les gélifiants lipophiles pouvant être utilisés dans les compositions selon l'invention, on peut encore citer les esters de dextrine et d'acide gras, tels que les palmitates de dextrine, notamment tels que ceux commercialisés sous les dénominations Rheopearl TL ou Rheopearl KL par la société CHIBA FLOUR.

Phase aqueuse Selon un premier mode de réalisation de l'invention, la composition selon l'invention peut comprendre un milieu aqueux, constituant une phase aqueuse, qui peut 30 former la phase dispersée de la composition. La phase aqueuse peut être constituée essentiellement d'eau ; elle peut également comprendre un mélange d'eau et de solvant miscible à l'eau (miscibilité dans l'eau supérieure à 50 % en poids à 25 °C) comme les monoalcools inférieurs ayant de 1 à 5 atomes de carbone tels que l'éthanol, l'isopropanol, les glycols ayant de 2 à 8 atomes de carbone tels que le propylène glycol, l'éthylène glycol, le 1,3-butylène glycol, le dipropylène glycol, les cétones en C3-C4, les aldéhydes en Cz-C4 et leur mélanges.

La phase aqueuse (eau et éventuellement le solvant miscible à l'eau) peut être présente, en une teneur allant de 1 % à 95 % en poids, par rapport au poids total de la composition, de préférence allant de 2 % à 80 % en poids, et préférentiellement allant de 3 % à 60 % en poids. La composition selon l'invention peut également contenir moins de 10 % en 10 poids voire moins de 4 % en poids de phase aqueuse ou d'eau, voire est totalement anhydre.

Actifs La composition selon l'invention peut comprendre en outre au moins un actif. 15 Par actif , on entend un composé ayant un effet cosmétique et/ou dermatologique notamment sur les lèvres. Cet actif peut être hydrophile ou hydrophobe. L' actif peut être hydrosoluble. Ainsi, l'actif présent dans la composition selon l'invention peut être indépendamment choisi parmi : 20 - les agents dermorelaxants, - les agents stimulant la synthèse de macromolécules dermiques ou épidermiques et/ou empêchant leur dégradation, - les agents anti-glycation, - les agents anti-irritants, 25 - les agents hydratants, - les agents desquamants - les agents modifiant la pigmentation, - les inhibiteurs de la NO-synthase, - les agents stimulant la prolifération des fibroblastes ou des kératinocytes et/ou 30 la différentiation des kératinocytes, - les agents anti-pollution ou anti-radicalaire, - les agents apaisants, - les agents agissant sur la microcirculation, - les agents agissant sur le métabolisme énergétique des cellules, - les agents cicatrisants, et - leurs mélanges.

Les actifs utilisés peuvent notamment être des dérivés de collagène, d'extraits de fleurs (telles que le lotus), d'extrait d'algues, ou encore de l'acétate de tocophéryl. La quantité d'actif(s) va par exemple de 0, à 30 % en poids et de préférence de 0,01 à 20 % en poids de matière active par rapport au poids total de la composition.

Agent filmogène

Les compositions peuvent comprendre au moins un polymère filmogène.

Selon un mode de réalisation, la composition contient au moins un polymère qui peut être choisi parmi les polymères filmogènes. Par "polymère", on entend au sens de l'invention un composé ayant au moins 2 motifs de répétition, et de préférence au moins 3 motifs de répétition. Par polymère "filmogène", on entend un polymère apte à former à lui seul ou 20 en présence d'un agent auxiliaire de filmification, un film macroscopiquement continu sur un support, notamment sur les matières kératiniques.

Le polymère peut être présent dans la composition en une teneur allant de 0,1 % à 60 % en poids, par rapport au poids total de la composition, de préférence allant de 25 0,1 % à 50 % en poids, de préférence allant de 0,5 à 40 % en poids, préférentiellement allant de 1 % à 30 % en poids, et plus préférentiellement allant de 1 % à 25 % en poids.

Dans un mode de réalisation, le polymère organique filmogène est au moins un polymère choisi parmi le groupe comprenant : 30 - les polymères filmogènes solubles dans un milieu liquide organique, en particulier les polymères liposolubles, lorsque le milieu liquide organique comprend au moins une huile ; - les polymères filmogènes dispersibles dans un milieu solvant organique, en particulier les polymères sous la forme de dispersions non aqueuses de particules de polymères, de préférence des dispersions dans les huiles siliconées ou hydrocarbonées ; dans un mode de réalisation, les dispersions non aqueuses de polymère comprennent des particules de polymères stabilisées sur leur surface par au moins un agent stabilisant ; - les polymères filmogènes sous forme de dispersions aqueuses de particules de polymère, souvent appelées latex ; dans ce cas, la composition comprend une phase aqueuse; - les polymères filmogènes hydrosolubles ; dans ce cas, la composition comprend 10 une phase aqueuse. Parmi les polymères filmogènes utilisables dans la composition de la présente invention, on peut citer les polymères synthétiques, de type radicalaire ou de type polycondensat, les polymères d'origine naturelle et leurs mélanges. Comme polymère filmogène, on peut citer en particulier les polymères acryliques, les polyuréthanes, les 15 polyesters, les polyamides, les polyurées, les polymères siliconés, les polymères acrylique greffés silicone, les polymères et copolymères polyamide, les polyisoprènes. Il est entendu que la quantité en ces composés annexes peut être ajustée par l'homme du métier de manière à ne pas porter préjudice à l'effet recherché dans le cadre 20 de la présente invention. Matières colorantes La composition cosmétique selon l'invention peut contenir un agent de coloration qui peut être choisi parmi les colorants hydrosolubles ou liposolubles, les 25 pigments, les nacres et leurs mélanges.

La composition selon l'invention peut en outre comprendre une ou des matières colorantes choisies parmi les colorants hydrosolubles, et les matières colorantes pulvérulentes comme les pigments, les nacres, et les paillettes bien connues de l'homme du 30 métier. Les matières colorantes peuvent être présentes, dans la composition, en une teneur allant de 0,01 % à 50 % en poids, par rapport au poids de la composition, de préférence de ,01 % à 30 % en poids.

Par pigments, il faut comprendre des particules blanches ou colorées, minérales ou organiques, insolubles dans une solution aqueuse, destinées à colorer et/ou opacifier le film résultant. Les pigments peuvent être présents à raison de 0,01 à 20 % en poids, notamment de 0,01 à 15 % en poids, et en particulier de 0,02 à 10 % en poids, par rapport au poids total de la composition cosmétique. Comme pigments minéraux utilisables dans l'invention, on peut citer les oxydes de titane, de zirconium ou de cérium ainsi que les oxydes de zinc, de fer ou de chrome, le bleu ferrique, le violet de manganèse, le bleu outremer et l'hydrate de chrome. Il peut également s'agir de pigment ayant une structure qui peut être par exemple de type séricite/oxyde de fer brun/dioxyde de titane/silice. Un tel pigment est commercialisé par exemple sous la référence COVERLEAF NS ou JS par la société CHEMICALS AND CATALYSTS et présente un rapport de contraste voisin de La matière colorante peut encore comporter un pigment ayant une structure qui peut être par exemple de type microsphères de silice contenant de l'oxyde de fer. Un exemple de pigment présentant cette structure est celui commercialisé par la société MIYOSHI sous la référence PC BALL PC-LL P, ce pigment étant constitué de microsphères de silice contenant de l'oxyde de fer jaune. Parmi les pigments organiques utilisables dans l'invention, on peut citer le noir de carbone, les pigments de type D & C, les laques à base de carmin de cochenille, de baryum, strontium, calcium, aluminium ou encore les dicéto pyrrolopyrrole (DPP) décrits dans les documents EP-A, EP-A, EP-A et WO-A- 96/

Par nacres , il faut comprendre des particules colorées de toute forme, irisées ou non, notamment produites par certains mollusques dans leur coquille ou bien synthétisées et qui présentent un effet de couleur par interférence optique. Les nacres peuvent être choisies parmi les pigments nacrés tels que le mica titane recouvert avec un oxyde de fer, le mica titane recouvert d'oxychlorure de bismuth, le mica titane recouvert avec de l'oxyde de chrome, le mica titane recouvert avec un colorant organique ainsi que les pigments nacrés à base d' oxychlorure de bismuth. Il peut 26 également s'agir de particules de mica à la surface desquelles sont superposées au moins deux couches successives d'oxydes métalliques et/ou de matières colorantes organiques. On peut également citer, à titre d'exemple de nacres, le mica naturel recouvert d'oxyde de titane, d'oxyde de fer, de pigment naturel ou d'oxychlorure de bismuth.

Parmi les nacres disponibles sur le marché, on peut citer les nacres TIMICA, FLAMENCO et DUOCHROME (sur base de mica) commercialisées par la société ENGELHARD, les nacres TIMIRON commercialisées par la société MERCK, les nacres sur base de mica PRESTIGE commercialisées par la société ECKART et les nacres sur base de mica synthétique SUNSHINE commercialisées par la société SUN CHEMICAL.

Les nacres peuvent plus particulièrement posséder une couleur ou un reflet jaune, rose, rouge, bronze, orangé, brun, or et/ou cuivré. A titre illustratif des nacres pouvant être mises en oeuvre dans le cadre de la présente invention, on peut notamment citer les nacres de couleur or notamment commercialisées par la société ENGELHARD sous le nom de Brillant gold G (Timica), Gold C (Cloisonne), Sparkle gold (Timica), Gold (Chromalite) et Monarch gold X (Cloisonne) ; les nacres bronzes notamment commercialisées par la société MERCK sous la dénomination Bronze fine () (Colorona) et Bronze () (Colorona) et par la société ENGELHARD sous la dénomination Super bronze (Cloisonne) ; les nacres oranges notamment commercialisées par la société ENGELHARD sous la dénomination Orange C (Cloisonne) et Orange MCR (Cosmica) et par la société MERCK sous la dénomination Passion orange (Colorona) et Matte orange () (Microna) ; les nacres de teinte brune notamment commercialisées par la société ENGELHARD sous la dénomination Nu-antique copper XB (Cloisonne) et Brown CL (Chromalite) ; les nacres à reflet cuivre notamment commercialisées par la société ENGELHARD sous la dénomination Copper A (Timica) ; les nacres à reflet rouge notamment commercialisées par la société MERCK sous la dénomination Sienna fine () (Colorona) ; les nacres à reflet jaune notamment commercialisées par la société ENGELHARD sous la dénomination Yellow () (Chromalite) ; les nacres de teinte rouge à reflet or notamment commercialisées par la société ENGELHARD sous la dénomination Sunstone G (Gemtone) ; les nacres roses notamment commercialisées par la société ENGELHARD sous la dénomination Tan opale G (Gemtone) ; les nacres noires à reflet or notamment commercialisées par la société ENGELHARD sous la dénomination Nu antique bronze AB (Timica), les nacres bleues notamment commercialisées par la société MERCK sous la dénomination Matte blue () (Microna), les nacres blanches à reflet argenté notamment commercialisées par la société MERCK sous la dénomination Xirona Silver et les nacres orangées rosées vert doré notamment commercialisées par la société MERCK sous la dénomination Indian summer (Xirona) et leurs mélanges.

Par colorants , il faut comprendre des composés généralement organiques solubles dans les corps gras comme les huiles ou dans une phase hydroalcoolique.

La première et/ou la deuxième composition cosmétique selon l'invention peut comprendre également des colorants hydrosolubles ou liposolubles. Les colorants liposolubles sont par exemple le rouge Soudan, le DC Red 17, le DC Green 6, le carotène, le brun Soudan, le DC Yellow 11, le DC Violet 2, le DC orange 5, le jaune quinoléine. Les colorants hydrosolubles sont par exemple le jus de betterave, le bleu de méthylène.

La composition cosmétique selon l'invention peut également contenir au moins un matériau à effet optique spécifique. Cet effet est différent d'un simple effet de teinte conventionnel, c'est-à-dire unifié et stabilisé tel que produit par les matières colorantes classiques comme par exemple les pigments monochromatiques. Au sens de l'invention, stabilisé signifie dénué d'effet de variabilité de la couleur avec l'angle d'observation ou encore en réponse à un changement de température. Par exemple, ce matériau peut être choisi parmi les particules à reflet métallique, les agents de coloration goniochromatiques, les pigments diffractants, les agents thermochromes, les agents azurants optiques, ainsi que les fibres, notamment interférentielles. Bien entendu, ces différents matériaux peuvent être associés de manière à procurer la manifestation simultanée de deux effets, voire d'un nouvel effet conforme à l'invention.

Les particules à reflet métallique utilisables dans l'invention sont en particulier choisies parmi : - les particules d'au moins un métal et/ou d'au moins un dérivé métallique, - les particules comportant un substrat, organique ou minéral, monomatière ou multimatériaux, recouvert au moins partiellement par au moins une couche à reflet métallique comprenant au moins un métal et/ou au moins un dérivé métallique, et - les mélanges desdites particules.

Parmi les métaux pouvant être présents dans lesdites particules, on peut citer par exemple Ag, Au, Cu, Al, Ni, Sn, Mg, Cr, Mo, Ti, Zr, Pt, Va, Rb, W, Zn, Ge, Te, Se et leurs mélanges ou alliages. Ag, Au, Cu, Al, Zn, Ni, Mo, Cr, et leurs mélanges ou alliages (par exemple les bronzes et les laitons) sont des métaux préférés. Par dérivés métalliques , on désigne des composés dérivés de métaux 10 notamment des oxydes, des fluorures, des chlorures et des sulfures A titre illustratif de ces particules, on peut citer des particules d'aluminium, telles que celles commercialisées sous les dénominations STARBRITE EAC par la société SIBERLINE et METALURE par la société ECKART. On peut également citer les poudres métalliques de cuivre ou des mélanges 15 d'alliage telles les références commercialisées par la société RADIUM BRONZE, les pigments métalliques comme l'aluminium ou le bronze, telles que celles commercialisées sous les dénominations ROTOSAFE de la société ECKART, les particules d'aluminium enrobé de silice commercialisées sous la dénomination VISIONAIRE BRIGHT SILVER de la société ECKART et les particules d'alliage 20 métallique comme des poudres de bronze (alliage cuivre et zinc) enrobé de silice commercialisées sous la dénomination de Visionaire Bright Natural Gold de la société Eckart. Il peut encore s'agir de particules comportant un substrat de verre comme celles commercialisées par la société NIPPON SHEET GLASS sous les dénominations 25 MICROGLASS METASHINE. L' agent de coloration goniochromatique peut être choisi par exemple parmi les structures multicouches interférentielles et les agents de coloration à cristaux liquides. Des exemples de structures multicouche interférentielles symétriques utilisables dans des compositions réalisées conformément à l'invention sont par exemple 30 les structures suivantes : Al/SiO2/Al/SiO2/Al, des pigments ayant cette structure étant commercialisés par la société DUPONT DE NEMOURS ; Cr/MgF2/Al/MgF2/Cr, des pigments ayant cette structure étant commercialisés sous la dénomination CHROMAFLAIR par la société FLEX ; MoS2/SiO2/Al/SiO2/MoS2 Fe2O3/SiO2/AI/SiO2/Fe2O3, et Fe2O3/SiO2/Fe2O3/SiO2/Fe2O3, des pigments ayant ces structures étant commercialisés sous la dénomination SICOPEARL par la société BASF ; MoS2/SiO2/mica-oxyde/SiO2/MoS2 , Fe2O3/SiO2/mica-oxyde/SiO2/Fe2O3 ; TiO2/SiO2/TiO2 et TiO2/Al2O3/TiO2 ; SnO/TiO2/SiO2/TiO2/SnO ; Fe2O3/SiO2/Fe2O3 ; SnO/mica/TiO2/SiO2/TiO2/mica/SnO, des pigments ayant ces structures étant commercialisés sous la dénomination XIRONA par la société MERCK (Darmstadt). A titre d'exemple, ces pigments peuvent être les pigments de structure silice/oxyde de titane/oxyde d'étain commercialisés sous le nom XIRONA MAGIC par la société MERCK, les pigments de structure silice/oxyde de fer brun commercialisés sous le nom XIRONA INDIAN SUMMER par la société MERCK et les pigments de structure silice/oxyde de titane/mica/oxyde d'étain commercialisés sous le nom XIRONA CARRIBEAN BLUE par la société MERCK. On peut encore citer les pigments INFINITE COLORS de la société SHISEIDO. Selon l'épaisseur et la nature des différentes couches, on obtient différents effets. Ainsi, avec la structure Fe2O3/SiO2/Al/ SiO2/Fe2O3 on passe du doré-vert au gris-rouge pour des couches de SiO2 de à nm ; du rouge au doré pour des couches de SiO2 de à nm ; du violet au vert pour des couches de SiO2 de à nm ; du cuivre au rouge pour des couches de SiO2 de à nm. On peut citer, à titre d'exemple de pigments à structure multicouche 20 polymérique, ceux commercialisés par la société 3M sous la dénomination COLOR GLITTER. Comme particules goniochromatiques à cristaux liquides, on peut utiliser par exemple celles vendues par la société CHENIX ainsi que celle commercialisées sous la dénomination HELICONE HC par la société WACKER. 25 Ingrédients cosmétiques usuels additionnels La composition selon l'invention peut comprendre en outre tout ingrédient cosmétique usuel pouvant être choisi notamment parmi les antioxydants, les parfums, les conservateurs, les neutralisants, les tensioactifs, les filtres solaires, les vitamines, les 30 hydratants, les composés auto-bronzants, les actifs antirides, les émollients, les actifs hydrophiles ou lipophiles, les agents anti-radicaux libres, les agents déodorants, les sequestrants, les agents filmogènes, et leurs mélanges.

Bien entendu, l'homme du métier veillera à choisir les éventuels ingrédients complémentaires et/ou leur quantité de telle manière que les propriétés avantageuses de la composition selon l'invention ne soient pas ou substantiellement pas altérées par l'adjonction envisagée.

De façon avantageuse, la composition selon l'invention se présente sous la forme de fond de teint solide, de bâton ou pâte de rouge à lèvres, de produit anti-cernes, ou contours des yeux, d'eye-liner, de mascara, d'ombre à paupières, de produit de maquillage du corps ou encore un produit de coloration de la peau. En particulier, la composition de l'invention peut se présenter sous la forme d'un produit coloré de maquillage des lèvres comme un rouge à lèvres, un brillant à lèvres ou un crayon, présentant éventuellement des propriétés de soin ou de traitement. Elle peut se présenter sous la forme d'un stick anhydre.

L'invention concerne également un procédé de maquillage ou de soin de la peau et/ou des lèvres et/ou des phanères, dans lequel on applique la composition selon l'invention. Enfin, l'invention concerne également l'utilisation de silice enrobée diméthicone et d'amidon réticulé en présence d'un corps gras dont la viscosité à 25°C est supérieure ou égale à mPa/s, ou de préférence supérieure à mPa/s ou mieux encore, supérieure à mPa/s, tels que définis précédemment, pour préparer une composition cosmétique pour la peau et/ou les lèvres et/ou les phanères, apte à procurer un film dont la quantité dépôsée et la brillance sont améliorées.

La composition selon l'invention peut être fabriquée par les procédés connus, généralement utilisés dans le domaine cosmétique ou dermatologique. Par exemple, elle peut être fabriquée par le procédé suivant. Dans un premier temps, les charges et les pigments peuvent être broyés dans une partie de la phase huileuse.

Le reste des ingrédients liposolubles peuvent être ensuite mélangés à une température de l'ordre de °C. Le broyat ou les actifs pré-dispersés peuvent alors être ajoutés dans la phase huileuse.

Les éventuels actifs hydrophiles peuvent ensuite être dispersés à l'aide d'un agitateur mécanique. Enfin, la composition peut être coulée dans un moule apte à lui procurer la forme finale (par exemple de stick) et le tout peut être laissé refroidir à température ambiante et/ou dans un congélateur.

L'invention est illustrée plus en détail dans les exemples suivants donnés à titre illustratif et sans caractère limitatif. Les pourcentages sont des pourcentages en poids.

Exemple 1 : Rouge à lèvres en stick

La formulation de rouges à lèvres selon l'invention (composition 1) est préparée selon le protocole suivant : Dans un premier temps, les charges et les pigments sont broyés dans une partie de la phase huileuse. Le reste des ingrédients liposolubles sont ensuite mélangés à une température de l'ordre de °C. Le broyat ou les actifs pré-dispersés sont alors ajoutés dans la phase huileuse. Enfin, la composition est coulée dans un moule permettant l'obtention de sticks de 11,06 mm de diamètre et le tout est laissé refroidir dans un congélateur environ une heure. NOM INCI US COMPOSITION 1 selon l'invention (% en poids) BHT (DITERTIOBUTYL 4- 0,05 HYD ROXYTOLU EN E) SILICA (and) DIMETHICONE 2 YELLOW 5 LAKE 0,85 IRON OXI DES (and) I RON OXI DES 0,95 BLUE 1 LAKE 0,2 RED 7 0,45 TITANIUM DI OXI DE 0,2 OCTYLDODECANOL 5 MI CROCRYSTALLI NE WAX 1 ,5 HYDROGENATED COCO-GLYCERI DES 2 SYNTHETIC BEESWAX 2 DIISOPROPYL DI MER DILINOLEATE 1,5 BIS-DI GLYCERYL 1 2,7 POLYACYLADI PATE-2 ISONONYL ISONONANOATE 3,75 STEARYL HEPTANOATE 4 MICA 0,05 MICA (and) TITANIUM DIOXIDE 0,5 MICA (and) TITANIUM DIOXIDE 1 MICA (and) TITANIUM DIOXIDE 2,8 HYDROGENATED POLYISOBUTENE 5 ALUMI NUM STARCH 3 OCTENYLSUCCI NATE VP/ HEXADECENE COPOLYMER 15 POLYETHYLENE 5 HYDROGENATED POLYISOBUTENE 15 SI METHICONE 0,2 I SOEI COSANE 5,3 POLYGLYCERYL-2 TRI I SOSTEA RATE 1 0 Le rouge à lèvre stick réalisé avec la composition 1 est satisfaisant en termes de quantité déposée lors de l'application, ainsi qu'en termes de brillance. Exemple 2 comparatif : Rouge à lèvres en stick

Le rouge à lèvres suivant (composition comparative 2) a été préparé selon le même protocole que précédemment. La composition 2 est identique à celle de la formule 1, à la 10 différente que la silice enrobée diméthicone a été remplacée par l'amidon modifié. NOM INCI US COMPOSITION 2 COMPARATIVE (% en poids) BHT (DITERTIOBUTYL 4-HYDROXYTOLUENE) 0,05 SILICA (and) DIMETHICONE 0 YELLOW 5 LAKE 0,85 I RON OXI DES (and) I RON OXI DES 0,95 BLUE 1 LAKE 0,2 RED 7 0,45 TITANIUM DI OXI DE 0,2 OCTYLDODECANOL 5 MI CROCRYSTALLI NE WAX 1 ,5 HYDROGENATED COCO-GLYCERI DES 2 SYNTHETIC BEESWAX 2 DIISOPROPYL DI MER DILINOLEATE 1,5 BIS- DIGLYCERYL POLYACYLADIPATE-2 12,7 ISONONYL ISONONANOATE 3,75 STEARYL HEPTANOATE 4 MICA 0,05 MICA (and) TITANIUM DIOXIDE 0,5 MICA (and) TITANIUM DIOXIDE 1 MICA (and) TITANIUM DIOXIDE 2,8 HYDROGENATED POLYISOBUTENE 5 ALUMI NUM STARCH OCTENYLSUCCI NATE 5 VP/HEXADECENE COPOLYMER POLYETHYLENE 5 HYDROGENATED POLYISOBUTENE 15 SI METHICONE 0,2 ISOEICOSANE 5,3 POLYGLYCERYL-2 TRI I SOSTEARATE 10 Il ressort que la composition 2 comparative présente une dureté légèrement inférieure à celle de la composition 1 selon l'invention. La quantité déposée lors de l'application avec la composition 2 est similaire à 5 celle déposée avec la composition 1 selon l'invention. Cependant, le dépôt réalisé avec la seconde composition est moins brillant qu'avec la composition 1 selon l'invention.

Exemple 3 comparatif : Rouge à lèvres en stick

10 Le rouge à lèvres suivant (composition 3) a été préparé selon le même protocole que décrit précédemment. La composition 3 est identique à celle de la formule 1, à la différence que l'amidon a été remplacé par la silice enrobée diméthicone. NOM INCI US COMPOSITION 3 COMPARATIVE (% en poids) BHT (DITERTIOBUTYL 4-HYDROXYTOLUENE) 0,05 SI LI CA (and) DI METHI CONE 5 YELLOW 5 LAKE 0,85 I RON OXI DES (and) I RON OXI DES 0,95 BLUE 1 LAKE 0,2 RED 7 0,45 TITANIUM DI OXI DE 0,2 OCTYLDODECANOL 5 MI CROCRYSTALLI NE WAX 1 ,5 HYDROGENATED COCO-GLYCERI DES 2 SYNTHETIC BEESWAX 2 DIISOPROPYL DI MER DILINOLEATE 1,5 BIS- DIGLYCERYL POLYACYLADIPATE-2 12,7 ISONONYL ISONONANOATE 3,75 STEARYL HEPTANOATE 4 MICA 0,05 MICA (and) TITANIUM DIOXIDE 0,5 MICA (and) TITANIUM DIOXIDE 1 MICA (and) TITANIUM DIOXIDE 2,8 HYDROGENATED POLYISOBUTENE 5 ALUMI NUM STARCH OCTENYLSUCCI NATE 0 VP/HEXADECENE COPOLYMER 15 POLYETHYLENE 5 HYDROGENATED POLYISOBUTENE 15 SI METHICONE 0,2 ISOEICOSANE 5,3 POLYGLYCERYL-2 TRI I SOSTEARATE 10 Il ressort que la composition 3 comparative présente une dureté similaire à celle de la composition 1 selon l'invention. Cependant la quantité déposée lors de l'application avec la composition 3 comparative est inférieure à celle déposée avec la composition 1 selon l'invention, et le dépôt réalisé avec la composition comparative 3 est moins brillant qu'avec la composition 1 selon l'invention.

Exemple 4 comparatif : Rouge à lèvres en stick Le rouge à lèvres suivant (composition 4) a été préparé selon le même protocole que décrit précédemment. La composition 4 est identique à celle de la formule 1, à la différence que tous les corps gras dont la viscosité à 25°C est supérieure ou égale à mPa/s ont été remplacés par des huiles (déjà présentes dans la composition 1, mais en quantités 15 moindres) dont la viscosité à 25°C est inférieure à mPa/s. NOM INCI US COMPOSITION 4 COMPARATIVE (en poids) BHT (DITERTIOBUTYL 4-HYDROXYTOLUENE) 0,05 SILICA (and) DIMETHICONE 2 YELLOW 5 LAKE 0,85 I RON OXI DES (and) I RON OXI DES 0,95 BLUE 1 LAKE 0,2 RED 7 0,45 TITANIUM DI OXI DE 0,2 OCTYLDODECANOL 20 MI CROCRYSTALLI NE WAX 1 ,5 HYDROGENATED COCO-GLYCERI DES 2 SYNTHETIC BEESWAX 2 DI I SOPROPYL DI MER DI LI NOLEATE 1 BI S-Dl GLYCERYL POLYACYLADI PATE-2 0 I SONONYL I SONONANOATE 1 3,75 STEARYL HEPTANOATE 4 MICA 0,05 MICA (and) TITANIUM DIOXIDE 0,5 MICA (and) TITANIUM DIOXIDE 1 MICA (and) TITANIUM DIOXIDE 2,8 HYDROGENATED POLYI SOBUTENE 1 7 ALUMI NUM STARCH OCTENYLSUCCI NATE 3 VP/ HEXADECENE COPOLYMER 0 POLYETHYLENE 5 HYDROGENATED POLYI SOBUTENE 0 SI METHICONE 0,2 I SOEI COSANE 5, POLYGLYCERYL-2 TRI I SOSTEARATE 1 0 Il ressort que la composition 4 comparative présente une dureté légèrement inférieure à celle de la composition 1 selon l'invention. De plus, la quantité déposée lors de l'application avec la composition 4 comparative est inférieure à celle déposée avec la composition 1 selon l'invention, et enfin, le dépôt réalisé avec la composition comparative 4 est beaucoup moins brillant qu'avec la composition 1 selon l'invention.


  • Application agfa
  • Android impossible de les phptos sms
  • La liberte guidant le peuple deugene delacroix.mp4 53.72 mb
  • Le retour du jedi bluray 1080
  • Minecraft beta 1_03
  • Wolfs rain
  • Epub sans drm
  • Fond decran adidas a
  • La revue du vin de france novembre 2016