Torrent9

..

Free platane

Telecharger free platane

Aide


Vous devez vous inscrire afin de télécharger
Veuillez créer un compte gratuitement sur Torrent9 pour accéder aux téléchargements illimités et au streaming !
Gazette N°27 - 15 septembre

Les géants de la place

Sur la place du village, cinq platanes majestueux assurent de l’ombre à personnes, les jours de fête pendant l’été. Cinq arbres magnifiques, étendant leurs branches horizontalement, suffisent pour faire une voûte végétale et nous mettre à l’abri des morsures du soleil.

Personne n’ose imaginer ce que serait la place du village sans ces vaillants platanes. Qu’un seul disparaisse, frappé par une maladie foudroyante, et ce serait une catastrophe. D’où l’inquiétude ressentie par les Villadéens, il y a quelques années, lorsque le platane en face du Café a commencé à donner des signes de faiblesse. On s’en souvient, il a fallu élaguer, soutenir par un câble puis couper une de ses trois branches principales.

Où en sommes-nous à l’été  ?

Selon le rapport rendu en par un expert, Francis Maire, à la demande du conseil municipal, le platane du café est malade. Il est atteint par un champignon appelé "le phélin", qui s’attaque aux branches charpentières. La maladie n’est pas contagieuse, mais elle ne peut être soignée. « Il n’existe pas de traitement connu », explique Florent Cerdan, l’horticulteur de Puyméras chargé de tailler les arbres de la place. « En fait, le champignon n’est pas reconnu par le platane, qui ne met pas en place les réponses appropriées à l’envahisseur. Les branches charpentières restantes sont atteintes, elles s’affaiblissent. Bientôt, il faudra les couper, ou bien elles risquent de se casser ».

Dans quel délai ? Florent Cerdan ne se risque pas à prédire dans combien de temps cela se passera, mais il préconise l’abattage du platane, car la situation est sans issue et risque de présenter un danger pour le public. Francis Maire avait lui aussi préconisé l’abattage. « On pourrait, à terme, le remplacer par un autre platane qu’on élèverait et qu’on éduquerait en pépinière spécifiquement pour cet endroit, de telle façon qu’il serait déjà de bonne taille et donnerait de l’ombre dès l’année de sa mise en terre », propose Laurent Cerdan. Il souligne que les arbres ne sont pas éternels et qu’il vaut peut-être mieux prévoir leur remplacement, un par un, lorsqu’ils ont une telle valeur pour la communauté.

Quant aux quatre autres platanes, ils semblent en bon état selon les experts. Ils ont su profiter de la proximité de la fontaine et des fuites d’eau en sous-sol. Celui qui est en face de la mairie suscite toutefois des inquiétudes. Il fait moins de feuilles que les autres et a de plus petites branches, peu vigoureuses. Un « déficit mécanique » qui, selon Florent Cerdan, pourrait être dû au fait que d’anciennes plaies ont été bouchées avec du ciment (on voit en effet deux « remplissages » de ce type à la base de l’arbre). Il préconise aussi de le remplacer, mais reconnaît qu’il n’y a pas d’urgence.

La bonne nouvelle, c’est qu’ils ne sont pas atteints de la fameuse maladie du chancre coloré, un champignon qui entre par les racines et les plaies, et oblige à l’abattage systématique car il est contagieux et mortel pour l’arbre. Cette maladie aurait été historiquement introduite par les caisses de bois amenées par l’armée américaine lors de la seconde guerre mondiale. Elle a décimé des régions entières de la Provence, les plus proches de nous étant Malaucène et Orange, où la maladie est actuellement considérée comme maîtrisée. En , on devrait mettre sur le marché un hybride résistant au chancre coloré, mais d’ici là, la vigilance s’impose : désinfection des outils, surveillance. C’est le prix à payer pour continuer à profiter des bienfaits des géants de la place. Des géants qui, au passage, ont probablement plus de ans, mais dont on ne connaît pas l’âge précis. Sur le calendrier , dédié à notre centenaire Clémentine Joubert, ils apparaissent tous les cinq sur d’anciennes photos datant apparemment des années à De par sa taille imposante, celui en face du café semble plus vieux que les autres. S’il avait déjà une trentaine d’années, il aurait au moins ans aujourd’hui.

Curieusement, les platanes, qui font partie intégrante de la culture du Midi, ne sont pas originaires de cette région. Ils ont été importés au 17° siècle en provenance de Turquie, via l’Italie, en tant qu’arbres d’ornement et ne se sont pas vraiment répandus dans les villages avant Le platane que nous connaissons aujourd’hui est un hybride de la variété asiatique, qui s’était répandue jusqu’en Turquie, et d’une autre variété venue d’Amérique du Nord. Quoiqu’il en soit, ces arbres robustes, résistant au stress, procurant une ombre soutenue grâce à leurs larges feuilles, font partie intégrante de notre patrimoine. Déjà, il a fallu en abattre beaucoup dans les rues du village pour faire place aux rubans asphaltés et aux autos.

Les cinq géants qui restent sur la place valent bien qu’on les respecte (de grâce, plus de clous plantés dans les troncs !), qu’on les bichonne, et qu’on s’inquiète de leur avenir.


Jean-Pierre Rogel



  Retour au sommaire Nos Platanes
  Retour au sommaire Connaissons-nous notre village ?

  • Big red vapor album
  • Batman eternal tome 1
  • Ement pilote wia pour imprimante hp
  • Sur sans se faire reper
  • Jeu les colocs 7
  • Un dossier de vente cap esthetique
  • Apk sur windows phone
  • Des applications android sans passer par google play
  • Google drive bloque dans les
  • Film die hard 2 vff